Accueil Masters Madrid Nadal : "C'est bon signe"

Nadal : « C’est bon signe »

-

Pour son entrée en lice dans le Masters 1000 de Madrid, le n°1 mondial n’a pas fait un pli : vainqueur express de l’Autrichien Jurgen Melzer (6/3 ; 6/1), Nadal impressionne toujours autant. Philipp Kohlschreiber, son adversaire au troisième tour, a du pain sur la planch(a)…
Rafa, comment te sens-tu sur ces courts ? As-tu du apporter certains ajustements à ton matériel, étant donnée l’altitude ?
C’est normal qu’il y ait une phase d’adaptation. Jouer ici est plus difficile qu’ailleurs, que sur d’autres courts en terre ou d’autres tournois. Tout ce que tu fais a plus d’effet, mais bon, tout le monde est logé à la même enseigne, tes adversaires sont exactement dans la même situation. J’aime la terre ici car elle est rapide, et on a l’impression qu’en ne frappant ne serait-ce qu’un tout petit peu la balle, ça part tout de suite. Pour revenir au match, je pense que c’est un très bon début, au départ c’était difficile pour moi de faire le break mais il a fait deux erreurs qui m’ont permis de revenir. C’était un bon match je trouve.

Tu n’as commis que 3 fautes directes (uniquement dans le second set)
Ah… Je croyais en avoir fait plus dans le 1er set que dans le 2e, mais comme je le disais à l’instant, je crois que c’est un bon départ. J’ai joué à un niveau tout à fait correct pour un premier match, et quand tu gagnes 6-1… C’est bon signe.

Que penses-tu de ces toutes nouvelles installations ?
Ce court est spectaculaire. Je suis reconnaissant à la ville de Madrid pour son support, et pour tout ce qu’elle nous a donné ces dernières années. C’est très important et je ne peux que remercier la ville et le public. J’espère que ce tournoi ce sera un vrai plus pour la candidature de Madrid pour les JO de 2016.

Novak Djokovic se plaignait aujourd’hui du système de comptage des points ATP. Pour lui, ce type de classement est « cruel » : Roger et toi avez gagné un paquet de tournois, sans pour autant glaner le moindre petit point. Quel est ton avis sur la question ? Le soutiens-tu ?
Je ne veux faire absolument aucune polémique. Parce qu’au bout du compte, c’est comme si c’était moi qui était à l’origine du débat. Comme je l’ai déjà dit à plusieurs reprises, à mon avis, il serait plus judicieux d’effectuer un classement prenant en considération les résultats des deux dernières saisons, et non d’une seule année. Ce serait mieux pour les joueurs. Cela signifie que, si tu es blessé par exemple, cela ne te portera pas autant préjudice que cela ne peut être le cas actuellement, tu ne plongeras pas au classement. De plus, tu seras un peu plus à même de choisir les tournois où tu veux jouer, et ceux que tu ne souhaites pas disputer. Aujourd’hui, il est obligatoire de jouer chaque semaine, tu as des points à défendre partout, et si tu perds, tu laisses des points en route. Surtout dans mon cas. Au final, c’est très pénalisant. Pour tout le monde, pas uniquement pour les meilleurs mondiaux. Pour tous les joueurs du top 100. C’est pour cette raison que j’estime qu’un classement effectué sur deux ans aiderait les joueurs dans leur carrière. J’ai parlé de mon idée à Novak, et il adhère totalement. Bien sûr, ce serait un énorme changement, je ne pense pas que les choses bougent du jour au lendemain, mais bon…

Comment te sens-tu physiquement ? Tu passes plus de temps à l’entraînement qu’en match…
Je vais bien. Quand je m’entraîne plus, c’est que je ne sens pas totalement bien la balle. C’est vrai, j’ai tendance à m’entraîner plus que la majorité des autres joueurs, mais c’est une habitude. Beaucoup s’étonnent de ça. Mais je veux me sentir bien, je dois me sentir bien pour être totalement prêt à débuter la partie.

Tu sembles extrêmement concentré. Tout le monde a l’impression que tu as mûri, et que tes progrès au niveau mental sont proportionnels à tes progrès physiques ?
Sans concentration, impossible d’obtenir les résultats que j’ai eus ces cinq dernières années. Je dois être concentré sur ce que je fais. Et j’ai l’impression de l’être (concentré) autant actuellement que je ne l’ai toujours été jusqu’à présent.

Prochain adversaire : Philipp Kohlschreiber. Comment vois-tu ce match ?
Difficile. Philipp frappe très fort, aussi bien en revers qu’en coup droit. Reste à voir comment j’arrive à maintenant mon niveau de jeu à cette altitude. Pas évident d’évaluer sa forme du moment, mais mon idée, pour demain, est d’assurer mon service, et essayer de marquer un maximum de points dans ce secteur de jeu pour gagner sans trop de problèmes. Pour le reste, j’attendrai de voir ce qui se passe. Tu dois être agressif, c’est ce qu’on exige de toi sur le court.

Jouer en altitude n’est, au final, peut-être pas une si mauvaise chose pour toi : tu livres aujourd’hui une copie très propre.
Oui, j’ai bien joué. Je suis content d’avoir débuté mon tournoi de cette manière. J’ai beaucoup mieux joué sur ce match que je n’ai pu le faire un peu plus tôt dans la journée à l’entraînement…

La pression est-elle plus forte lors d’un tournoi à domicile ?
A la maison, c’est sûr, il y a un peu plus de monde autour de toi, mais jouer en Espagne est toujours très spécial, et je suis vraiment heureux d’être là.

Rafa, tu as remporté tant de matches sur terre d’affilée… Quand tu rentres sur le court, as-tu, d’entrée de jeu, la sensation que tu vas plier le match en deux temps trois mouvements ?
Non. Tous les jours, je vais sur le court, et je redoute de perdre. Enfin, je n’ai pas « peur » de perdre, mais je respecte vraiment tous mes adversaires, et je ne peux pas avoir l’assurance, avant même de jouer, que je vais sortir vainqueur de cette rencontre. Je vais simplement sur le court pour essayer de faire de mon mieux, et j’espère produire un tennis suffisamment bon pour m’imposer. Mais je sais que chaque match est difficile.

En direct de Madrid

Instagram
Twitter