AccueilMoselle OpenGachassin : « Le compte à rebours a commencé à Lyon »

Gachassin : « Le compte à rebours a commencé à Lyon »

-

Excellent commu­ni­cant, Jean Gachassin, président de la FFT, s’est prêté de bonne grâce à la confé­rence de presse orga­nisée suite à sa première visite à l’Open de Moselle. Il y revient sur la Coupe Davis, Roland‐Garros et le forfait de Gaël Monfils.

Dans quel cadre vous rendez‐vous à l’Open de Moselle ?
« Je suis venu ici pour vous amener du soleil ! (avec son accent chan­tant du Sud) C’est ma première visite à l’Open de Moselle, l’or­ga­ni­sa­tion est parfaite, les gens sont sympa­thiques, il y a quelques défec­tion mais ça arrive ».

A ce propos, que pensez‐vous du forfait de Gaël Monfils et des condi­tions dans lesquelles il l’a annoncé ?
« C’est dommage, Gaël sortait de l’eu­phorie de la Coupe Davis, c’est peut‐être un manque d’élé­gance de sa part d’être parti aussi vite, on l’a peut‐être aussi mal conseillé, mais vous savez, c’est un person­nage folk­lo­rique mais un bon garçon. Je ne pense pas que les joueurs prennent ce tournoi par‐dessus la jambe, ils était tous ravis à l’idée de venir ».

Vous qui avez connu les groupes des précé­dentes finales contre la Russie et l’Australie, que pensez‐vous de l’équipe qui va se rendre en Serbie ?
« Un groupe est en train de se former, depuis Ostrava je pense. Forget a les pleins pouvoirs, nous respec­tons ses déci­sions et lui et moi nous recon­nais­sons dans l’es­prit de la Coupe Davis, on en a la même vision. La mayon­naise prend, Guy fait en sorte qu’ils apprennent à mieux se connaître en dehors du circuit. La finale, il faut la gagner, person­nel­le­ment j’en ai fait une et je l’ai gagnée. Personne ne se rappelle du fina­liste, mais d’un autre côté, qui peut dire qui a gagné Miami il y a 20 ans, beau­coup moins de personnes que ceux qui se rappel­le­ront qui a gagné la Coupe Davis la même année. Il faut que ces jeunes entrent dans l’his­toire, il y a une émula­tion car le groupe n’est pas fermé, le compte à rebours a commencé à Lyon et ça ne peut que faire du bien au tennis fran­çais. Mais atten­tion, à Belgrade, ce sera chaud, on entend à peine le score, le public met la pres­sion au maximum ».

Est‐ce que vous avez déjà constaté une augmen­ta­tion dans le nombre de licen­ciés à la fédération ?
« Il est encore trop tôt pour le dire, mais je peux vous affirmer qu’on a une augmen­ta­tion de 2% dans le nombre de licen­ciés à la Fédération, ce qui n’est pas rien. Le tennis fran­çais est en bonne santé, après il y a toujours des problèmes, j’ai­me­rais pouvoir parler avec plus de fougue des filles ».

Pouvez‐vous nous dire quelques mots sur l’évo­lu­tion du dossier Roland‐Garros, main­tien ou délocalisation ?
« Nous sommes en discus­sion avec la mairie de Paris, on a des garan­ties d’ex­ten­sion mais de là à vous donner une réponse défi­ni­tive, il est encore trop tôt. Le dossier de Gonesse est excellent, Versailles ça semble compliqué. D’ici le tournoi de Paris‐Bercy on annu­lera un ou deux projets pour en garder deux en décembre, et le choix défi­nitif est prévu pour février 2011 ».

Instagram
Twitter