AccueilMoselle OpenSemaine parfaite pour Gojowczyk

Semaine parfaite pour Gojowczyk

-


Comme Jérôme Haenel en 2004, lui aussi sorti des « qualifs », l’Allemand crée la surprise en domi­nant en finale Benoit Paire : 7–5, 6–2. C’est bien sur son premier titre sur le circuit. Et cette victoire est méritée tant il a fait preuve de régu­la­rité durant ses huit jours de compé­ti­tion.

« J’ai du mal à réaliser ce qu’il se passe, je suis un peu sous le choc », en quelques mots, Peter Gojowczyk résume la situa­tion. Venu à Metz, sans coach, pour jouer les quali­fi­ca­tions, le voila donc entrain de soulever le trophée. Il succède à Lucas Pouille au cours d’une édition 2017 qui aura été marquée par les surprises. Tout s’est joué à la fin du premier set quand Benoit, un peu crispé, concé­dait le break à 5 partout puis surtout au début de la deuxième manche après que son adver­saire ait bouclé le premier set (7–5). Là aussi il perdait pied sur son enga­ge­ment pour être rapi­de­ment mené 4–0. Par la suite, le Français bais­sait pavillon lais­sant son adver­saire filer vers le succès.

Paire : « Je n’ai rien pu faire »

« Je suis désolé de ne pas avoir pu faire mieux aujourd’hui mais Peter est un beau vain­queur et aussi un super gars en dehors du court. Aujourd’hui, il était trop fort pour moi, je n’ai rien pu faire ». Même si ce commen­taire est aussi celui du fair play, il faut aussi marquer le fait que Benoit a manqué d’énergie mais aussi d’un plan de jeu alors que son adver­saire n’était pas du tout gêné par la longueur de ses balles. On aurait aimé le voir plus créatif et plus incisif. Ce sera peut‐être une prochaine fois, c’est la 4ème défaite en 5 finales pour le Tricolore, ça commence à faire un peu beaucoup.

De votre envoyé spécial à Metz.

Article précédentLe show a fait ses preuves
Article suivantDzumhur, première…