My proshop
Tecnifibre et Daniil Medvedev, l’accord parfait



Le plus français des tennismen russes, qui est aussi l’égérie numéro 1 de la marque Tecnifibre, a réalisé une superbe saison avec trois titres ATP et une 16e place mondiale en fin d’année. Tout cela est le résultat d’un travail précis et d’une ambition affirmée, le fruit aussi d’une collaboration aboutie avec son équipementier.

Quand, en 2016, Daniil Medvedev rejoint le team Tecnifibre, il est 329e mondial, inconnu, mais déjà doté d’un solide jeu de fond de court. C’est à Cannes, au sein du Elite Tennis Center créé par Jean-René Lisnard, qu’il fait donc ses classes et progresse rapidement. À tel point qu’il remporte la première bourse Young Guns de 50 000 dollars offerte par Tecnifibre à un espoir du team de la marque ayant réalisé les meilleures performances sur les courts bien sûr, mais aussi sur les réseaux avec ses fans. Ce soutien de Tecnifibre depuis le début de sa carrière de champion, Daniil s’en souvient comme si c’était hier : "Dès le début, chez Tecnifibre, ils ont cru en moi, et cela ne s’oublie pas. Ils ont toujours été aux petits soins. Je participe à l’élaboration des produits, je me sens écouté. De plus, je sais aussi qu’ils sont derrière moi, qu’ils veulent que je sois au top, que je fasse briller la marque sur tous les courts", explique dans un français impeccable celui qui a terrassé le Japonais Kei Nishikori à Tokyo chez lui en finale. "Mon succès en début de saison à Sydney était important pour ma confiance, mais je sais aussi que j’ai connu un petit passage à vide par la suite. Cela m’a obligé à me remettre en question. J’ai donc beaucoup bossé mon mental pour parvenir à être plus constant. Après Wimbledon, cela a commencé à payer et je suis parvenu à m’imposer à Winston Salem. Par la suite, battre Nishikori sur ses terres dans un tournoi de cette dimension a confirmé que mes résultats du début de saison n’étaient pas le fruit du hasard, mais surtout que j’avais changé de statut au sein du circuit, que j’avais passé un cap." Ambition, humilité, combativité, Daniil incarne parfaitement les valeurs de la marque et le fameux slogan « Fightsmart ».

"Dès le début, chez Tecnifibre, ils ont cru en moi"

D’ailleurs, quand on lui pose la question de savoir s’il est vraiment un joueur Fightsmart, Daniil est d’une sincérité déconcertante : "Pour être honnête, je pense que je suis en bonne voie ! J’étais un joueur assez instinctif et j’ai fait évoluer mon jeu pour être plus patient. C’est aussi ça être Fightsmart." Mieux qu’en bonne voie puisque membre du Top 20, ce qui augure une année 2019 passionnante : "L’objectif, c’est de continuer sur cette voie et de battre les meilleurs régulièrement. C’est comme cela que tu t’installes à cette position parce qu’en tennis, tout va très vite. J’ai des points à défendre dès janvier et encore plus en fin de saison. Il faut donc réaliser une saison complète et solide." Nous serons donc très attentifs à son début d’année 2019 où il devrait encore faire parler de lui et de sa TFight XTC 305. "J’aimais beaucoup l’ancienne, mais j’avoue que la nouvelle TFight est encore plus performante. Ce qui est réconfortant, c’est qu’avec Tecnifibre on peut travailler en amont, la marque tient vraiment compte de mes ressentis pour améliorer les produits, de mes sensations", commente Daniil avec ce petit sourire en coin qui le caractérise : "Ceux qui me connaissent bien savent que j’ai du caractère. À moi de maîtriser cette énergie pour viser le plus haut possible et de l’utiliser à bon escient pour encore progresser dans la hiérarchie mondiale et surtout être plus performant dans les tournois du Grand Chelem."



4 questions à Gilles Cervera, son coach.

Comment analyses-tu la belle saison de Daniil ?
C’est le résultat d’un gros travail d’équipe, un programme d’entraînement tennis et physique très rigoureux et précis. À cela s’ajoute depuis Wimbledon un véritable accompagnement au niveau mental. Rapidement, tout cela a porté ses fruits.

Sur quels plans a-t-il vraiment progressé ?
Son mental, on vient d’en parler, mais son jeu se densifie aussi. Aujourd’hui, il est capable de varier sa manière de jouer. À ce niveau, c’est une clé de la réussite.

Quels sont les axes que vous allez pousser sur 2019 ?
Il doit encore progresser sur sa qualité de service, pouvoir compter sur cette arme quoi qu’il arrive, comme les meilleurs joueurs. Il faudra aussi qu’il puisse développer un jeu plus offensif tout en conservant bien sûr sa solidité de fond de court. L’habitude de jouer plus régulièrement contre les meilleurs lui permettra également de progresser plus vite, je pense.

Si tu devais en un mot résumer ta relation avec lui ?
C’est impossible, car trop réducteur [rires]. Nous avons une relation singulière que je ne parviens pas vraiment à décrire. Je dirais que c’est une relation fine et subtile. Ce sont des choses assez invisibles, comme des regards, une énergie, un positionnement particulier et de la confiance bien sûr.



Retrouvez gratuitement et en intégralité le numéro 67, le dernier numéro de notre magazine GrandChelem... Bonne lecture !
Lire et réagir

Pour ceux qui sont pressés, en cochant la case "I'd rather post as a guest", vous pouvez réagir sans avoir à vous enregistrer.

Pour changer votre pseudo (une fois inscrit), il faut se rendre sur la page de votre profil disqus et changer la case 'Name'.

Pour désactiver la notification par email rendez-vous sur la page Email Notifications.
En décochant "Receive emails from Disqus" vous ne recevrez plus aucun email de disqus.