AccueilOpen d'AustralieCes adversaires à éviter… Belinda Bencic (2/5)

Ces adversaires à éviter… Belinda Bencic (2/5)

-

Nous y voilà ! L’Open d’Australie, première levée en Grand Chelem de l’année, débute ce lundi 15 janvier. Le « Happy Slam » réserve toujours de nombreuses surprises en début de saison. La rédac­tion de welovetennis.fr a sélec­tionné des joueurs et joueuses qui ne sont pas têtes de série et que beau­coup de cadors espèrent éviter du côté de Melbourne Park. Aujourd’hui, cap sur Belinda Bencic.

Ces adver­saires à éviter… Gilles Simon (1/5)

Sa fiche d’identité

Belinda Bencic

Suisse

20 ans

Droitière, revers à deux mains

Classement : 77e (au 08/01/2018)

Meilleur clas­se­ment : 7e (au 22/02/2016)

Meilleure perfor­mance en Grand Chelem : quart de finale (US Open 2014)

Bencic, l’épouvantail du tirage au sort

Si vous demandez aux prin­ci­pales têtes d’affiche qui elles veulent éviter au premier tour, toutes (ou presque) vous répon­dront Belinda Bencic. La Suissesse de 20 ans sera l’épouvantail du tirage au sort qui aura lieu jeudi. Bencic a vécu une année 2017 diffi­cile en raison d’une opéra­tion au poignet gauche ce qui l’a éloigné des courts entre avril et septembre. La native de Flawil était même redes­cendue jusqu’à la 318e place mondiale le 11 septembre dernier. L’ex-septième joueuse mondiale a pris le temps de se soigner et de revenir en optant pour les tour­nois WTA 125K ou ITF. Un choix payant puisque fin 2017, elle en gagne trois de suite (Hua Hin, Taipei et Dubai) et remporte 28 de ses 31 matchs depuis son retour, dont les 15 derniers. Des résul­tats qui lui ont permis de revenir dans le Top 100 (77e) et d’envisager plus serei­ne­ment son début d’année 2018. 

La Hopman Cup pour faire le plein de confiance

Justement. Si elle n’a pas disputé de tournoi offi­ciel en janvier, elle a épaté lors de la Hopman Cup en rempor­tant trois de ses quatre matchs face à Naomi Osaka (70e), Anastasia Pavlyuchenkova (16e) et CoCo Vandeweghe (10e), ne s’inclinant unique­ment contre Angelique Kerber (22e) en finale. Une semaine à Perth où elle a pu faire le plein de confiance et d’expérience aux côtés de Roger Federer. D’ailleurs, ce dernier a tenu à jouer le rôle de grand frère comme il l’expliquait à la DH après la victoire finale : « Belinda est un peu dans la situa­tion dans laquelle j’étais avec Martina Hingis (en 2001), donc j’ai essayé d’être un bon coéqui­pier, de la rendre plus forte, de faire un peu le mentor. » Des conseils précieux avant d’aborder l’exercice 2018, celui qui peut lui permettre, enfin, d’exploiter son immense potentiel.