AccueilOpen d'AustralieChardy sur la bulle réservée au Top 3 : "C'est bizarre pour...

Chardy sur la bulle réservée au Top 3 : « C’est bizarre pour un sport où on est censé être tous sur le même pied d’égalité »

-

Ce vendredi, Craig Tiley, direc­teur de l’Open d’Australie, s’est exprimé concer­nant l’or­ga­ni­sa­tion du premier Grand Chelem de l’année et de sa bulle sani­taire. Initialement, tous les joueurs et joueuses devaient rejoindre Melbourne entre le 15 et le 17 janvier et passer deux semaines en quaran­taine avec une seule personne de leur staff et seule­ment cinq heures de « liberté » par jour. Cependant, il se pour­rait bien qu’une deuxième bulle se mette en place à Adélaïde pour les joueurs et joueuses appar­te­nant au Top 3 mondial, à savoir Novak Djokovic, Rafael Nadal, Dominic Thiem, Ashleigh Barty, Naomi Osaka et Simona Halep. Une option qui aurait pour but de désen­gorger la bulle de Melbourne prévue pour un peu plus de 1000 personnes et d’or­ga­niser une exhi­bi­tion entre les meilleurs joueurs de la planète. 

Si cette infor­ma­tion n’est pas encore offi­cielle, elle est en tout cas bien arrivée aux oreilles des autres joueurs du circuit. Vainqueur de son premier tour à Antalya face à Radu Albot, Jérémy Chardy s’est exprimé pour L’Équipe sur cette bulle et il est assez remonté : « Cette annonce pour les tops 3, c’est un peu tombé du ciel, et c’est bizarre, pour ne pas dire plus. Ils pour­ront même béné­fi­cier d’une salle de gym à l’hôtel et pour­ront faire leurs exer­cices qui ne comp­te­ront pas dans le quota des cinq heures. Tout le monde pourra sortir. Ils pour­ront presque vivre norma­le­ment. Déjà qu’ils ont beau­coup de privi­lèges… S’ils peuvent tout faire plus que toi, ce ne sera pas la même prépa­ra­tion. Et c’est bizarre pour un sport où on est censé être tous sur le même pied d’éga­lité. Si j’étais le 4e mondial, je serais défait ! Et que se serait‐il passé si « Rodgeur » (Federer, actuel­le­ment 5e mondial) était venu ? », a lancé le Palois qui dénonce ici un trai­te­ment de faveur assez inex­pli­cable alors que tous les joueurs sont censés être dans le même bateau.