AccueilOpen d'AustralieCilic : "J'ai hâte d'être à dimanche"

Cilic : « J’ai hâte d’être à dimanche »

-

Marin Cilic s’est qualifié pour la première fois de sa carrière en finale de l’Australian Open. Vainqueur facile de Kyle Edmund en demi‐finale (6–2, 7–6(4), 6–2), le Croate jouera cepen­dant sa troi­sième finale en Grand Chelem. Une sacré perfor­mance pour le vain­queur de l’US Open 2014. Réactions.

Sur son match face à Edmund …
« J’ai alterné entre le haut et le bas durant le deuxième set, je n’ob­te­nais pas assez de retours pour faire pres­sion sur ses jeux de service et il a commencé à bien servir, il a égale­ment sorti quelques coup droit gagnant, mais je suis resté menta­le­ment très concentré, pour essayer de jouer tous les points. C’était crucial de main­tenir la pres­sion dans le jeu décisif et c’est ce que j’ai fais ».

Sur son état de forme …
« Je me sens vrai­ment bien. Aujourd’hui, c’était un peu diffé­rent du match contre Nadal. Contre lui, j’ai beau­coup amélioré mon jeu et mon énergie était très bonne sur le terrain. Je pense que dans l’en­semble, je suis très en jambe et en bonne forme. C’est aussi et surtout grâce à mon staff, mon prépa­ra­teur physique, ils me font travailler très dur. C’est évidem­ment une bonne chose d’avoir deux jours de repos. J’ai hâte d’être à dimanche. »

Sur la deuxième demi‐finale entre Federer et Chung …
« Roger est un joueur incroyable en Grand Chelem, les statis­tiques et les titres parlent pour lui. Sur cette édition, je pense qu’il a été très solide, surtout en quart de finale, il s’amé­liore de jour en jour et joue un super tennis. Donc, avec lui, c’est toujours un grand défi. En ce qui concerne Hyeon Chung, je l’ai joué quelques fois, et en regar­dant son jeu, je pense qu’il s’est beau­coup amélioré au cours des douze derniers mois. Il a mûri en jouant vrai­ment un très bon tennis, plai­sant à regarder. C’est un joueur défensif incroyable et qui frappe aussi bien des deux côtés. Je ne fais pas de pronos­tique, je préfère me concen­trer sur moi‐même. »

Article précédentKerber est fière
Article suivantLes malheurs de Hlavackova