AccueilOpen d'AustralieCraig Tiley, directeur de l'Open d'Australie : "Nous devons nous préparer à...

Craig Tiley, directeur de l’Open d’Australie : « Nous devons nous préparer à tous les scénarios »

-

A l’instar de Wimbledon, Tennis Australia – qui orga­nise l’Open d’Australie – a sous­crit à une assu­rance pour se protéger de l’impact finan­cier qu’une pandémie pour­rait avoir sur son tournoi. Problème, celle‐ci expire en juillet. Pour rappel, le All England Club a annulé Wimbledon (une première pour un Grand Chelem depuis 1945), mais les pertes ont été « amor­ties » par l’assurance à laquelle le pres­ti­gieux club londo­nien avait sous­crit pour se protéger dans une telle situa­tion, celle d’une pandémie.

Interrogé par le quoti­dien The Age et le Sydney Morning Herald, Craig Tiley (président de Tennis Australia et direc­teur de l’Open d’Australie) a confié que son insti­tu­tion était en négo­cia­tions avec leur assu­reur : « Après Wimbledon, nous étions proba­ble­ment l’une des rares orga­ni­sa­tions spor­tives à avoir une assu­rance pandémie. Nous avions une assu­rance complète et une assu­rance pandémie. Mais elle expire en juillet de cette année. Maintenant, nous sommes en discus­sion avec le même assu­reur sur l’avenir. »

Face à l’incertitude qui règne sur la reprise du circuit mondial, le direc­teur du Grand Chelem austra­lien a égale­ment expliqué qu’il explo­rait toutes les possi­bi­lités pour 2021, dont la première qui serait la reprise pure et simple du tennis après avoir été suspendu depuis mars 2020. Mais ce n’est pas tout : « Un autre scénario est de jouer sans public. Un autre est de revenir à un autre moment dans l’année (un report) et le pire des scéna­rios serait une annu­la­tion et un retour pour 2022. Nous devons nous préparer à tous ces scéna­rios. Nous devons construire un modèle finan­cier pour chacun d’entre eux. »