Accueil Open d'Australie Djokovic : "Ma récupération est légale, correcte et naturelle"

Djokovic : « Ma récupération est légale, correcte et naturelle »

-

Conférence de presse délicate pour Novak Djokovic. Le Serbe a dominé facilement Tomas Berdych à Melbourne, 6-1 4-6 6-1 6-4. Après sa rencontre de cinq heures face à Wawrinka, dimanche, il n’a pas semblé souffrir du tout sur le plan physique. De quoi susciter des questions insistantes sur ses process de récupération. Mais Novak ne s’est pas laissé désarçonner…

Vous avez commencé très fort, ce soir. Vous aviez en tête l’idée de ne pas passer trop de temps sur le court ?

Non, je me sentais suffisamment bien pour rejouer cinq heures. Mais je n’y ai pas du tout pensé. J’ai essayé de faire le job aussi rapidement et efficacement que possible. J’ai été très heureux de la manière dont j’ai débuté la rencontre. Très agressif, à prendre l’initiative et la balle tôt, ce qui n’était pas le cas face à Wawrinka. C’est une belle amélioration et c’est très encourageant pour le prochain match.

Tomas (Berdych) a dit que vous aviez le meilleur physique du circuit. Vous êtes d’accord avec lui ?

C’est flatteur d’entendre ça de la part de Tomas. Je me considère comme étant en bonne forme physique. J’ai une bonne équipe autour de moi, qui fait le maximum dans son travail pour que je me sente bien physiquement, mentalement, émotionellement, à chaque match et chaque nouveau challenge. Evidemment, ce n’est pas facile d’être à 100 % tout le temps. Mais après les cinq heures de match face à Wawrinka, j’étais convaincu que je pouvais récupérer. Mon équipe a fait un bon boulot.

Gilles Simon a joué quatre heures et il ne pouvait quasiment pas bouger contre Andy…

Tout dépend du joueur, bien sûr, et de ses routines de récupération d’après-match. Nous, nous avons un certain type de choses à faire. Ca a marché par le passé. Ca a bien fonctionné aussi cette fois.

Quelle est cette routine ?

Je ne peux pas le dire. Désolé. Je dois garder ça privé.

Vous savez ce que font les autres joueurs ?

Non. J’en connais certains. Mais la majorité des meilleurs joueurs garde ça privé. Et je pense que ça doit rester privé.

Vous avez l’impression de faire plus de travail de récupération que les autres joueurs ?

Comme je l’ai dit, je ne sais pas ce qu’ils font, donc je ne me peux pas comparer. J’essaie juste de respecter les programmes de préparation et de récupération d’après-match qui ont été mis en place par mon équipe ces dernières années et qui ont bien fonctionné jusqu’à présent.

Vous ne pouvez pas rentrer dans les détails, mais y a-t-il des essais ou des erreurs que vous avez introduits dans votre routine ?

Même si nous sommes dans un sport individuel, l’importance de l’effort mené par l’équipe est essentiel. En Grand Chelem, vous devez être prêt pour des matches de cinq heures. Et, si vous gagnez ces matches, vous devez être prêt à bien récupérer en seulement un jour et demi. Comme je l’ai dit, ça a bien marché pour moi auparavant. On utilise notre expérience pour bien travailler dans cette situation particulière et, là, ça a encore bien fonctionné.

Dans la première partie de votre carrière, vous aviez la réputation d’être fragile sur le plan physique. Avec le recul, vous pensez que nous, journalistes, avons été injuste avec vous ou vous avez en tête un moment où vous vous êtes senti bien meilleur physiquement parlant ?

Au début de ma carrière, j’ai traversé beaucoup de challenges sur le plan physique et mental. Tout le monde fait des erreurs. J’étais conscient de devoir m’améliorer là-dessus, parce que je ne me sentais pas bien, particulièrement lorsqu’il faisait chaud. J’ai vécu beaucoup de problèmes physiques. C’est peut-être l’une des raisons pour laquelle je suis aussi prudent et concerné par les questions de récupération. J’ai eu de mauvaises expériences par le passé et je sais ce que ça fait que de ne pas se sentir bien. Je ne veux pas revivre ce genre de choses. Je suis conscient de l’importance d’un entraînement quotidien et du travail de récupération. Si je continue comme ça, ça ira.

Vous pouvez comprendre que la manière dont vous récupérez des efforts soit surprenante pour les gens ?

Vous pouvez discuter longtemps de ce genre de choses. Les gens qui ne connaissent pas le tennis, qui n’ont jamais vécu ce type de situation, ne vont pas comprendre ce que le joueur traverse non seulement dans la préparation d’un tournoi du Grand Chelem, mais aussi au cours du tournoi lui-même. Après cinq heures de match, vous devez passer beaucoup de temps en soins de récupération de différents types. Je comprends que beaucoup de gens aient des points de vue et des opinions différents et je respecte ça. Mais je fais tout ce que je peux, tout ce qui est en mon pouvoir, mais qui reste légal, correct et naturel, pour récupérer. Et ça fonctionne.

Si vous n’aviez pas mis en place ce régime sans gluten, vous pensez que vous seriez capable de faire ce que vous faites ?

Ces dernières années, les gens ont fait de ce régime sans gluten le secret de ma forme physique et de mon succès. Ce n’en est qu’une partie. Il y a beaucoup d’autres choses qui sont allées avec et j’ai compris ce qu’il fallait que je fasse, avec mon équipe, pour être professionnel sur et en-dehors du court dans ce domaine. Être mûr, mentalement, émotionellement, avoir le bon régime. Enormément de choses. Le régime n’est qu’une partie du puzzle.

Qu’est-ce qu’il faudra faire pour éviter que David Ferrer vous pousse dans un match à rallonge ?

Face à David Ferrer, je dois être agressif, c’est sûr. Je dois entrer dans le court et diriger le match, sinon il va imposer son propre rythme. C’est là où il est le plus dangereux. C’est un grand compétiteur. C’est quelqu’un qui a le respect de tous les joueurs parce qu’il joue énormément de tournois et travaille très, très dur. A 30 ans, il est l’un des joueurs au meilleur physique du circuit et il joue le meilleur tennis de sa vie depuis 15 mois. C’est une demi-finale de Grand Chelem donc je m’attends à un gros match.J’ai vu un peu de sa rencontre face à Almagro aujourd’hui. Deux compatriotes qui s’affrontent. Almagro a été très près de l’emporter, mais n’a pas réussi à conclure. David s’est bien accroché !

Instagram
Twitter