AccueilOpen d'AustralieDjokovic serre les dents et maintient l'espoir

Djokovic serre les dents et main­tient l’espoir

-

« Pour être honnête, ce n’est pas bon du tout », avouait un Novak Djokovic très inquiet au sujet de sa bles­sure à l’ischio‐jambier gauche après sa victoire en quatre sets au 2e tour contre le Français Enzo Couacaud jeudi. 

Novak Djokovic ressent une gêne depuis le tournoi d’Adélaïde qu’il a remporté au début du mois. Le premier set ce samedi contre Grigor Dimitrov confir­mait cette impres­sion même s’il brea­kait d’en­trée de partie. Il manquait trois premières balles de set sur le service de son adver­saire à 5–4, puis perdait son service derrière. Il sauvait ensuite deux balles de set à son tour pour vivre un tie‐break aussi intense qu’étrange. 

Nole semblait boiter par moment et souf­frait indé­nia­ble­ment. Il s’en sortait fina­le­ment sur sa cinquième balle de set, après en avoir sauvé une nouvelle, au terme d’un point très accroché qu’il concluait sur une volée parfai­te­ment déposée. Il se lais­sait tomber tout de suite après et deman­dait un temps mort médical, le visage grave.

Le para­doxe est que Novak Djokovic conti­nuait de jouer à un excellent niveau malgré la douleur. Il mettait le coup de collier néces­saire dans le deuxième set, parfai­te­ment maitrisé, puis en début de troi­sième. Dimitrov deve­nait lui plus irrégulier. 

La bagarre deve­nait de nouveau plus intense dans le milieu du troi­sième set, Dimitrov ne voulant rien lâcher. Djokovic s’éti­rait, s’écrou­lait même éton­nam­ment à la fin d’un gros point. Les regards en direc­tion de son clan n’in­ci­taient vrai­ment pas à l’optimisme. 

Il s’en sortait para­doxa­le­ment en trois sets (7–6[7], 6–3, 6–4, en 3h06 de jeu) mais toujours avec gros point d’in­ter­ro­ga­tion pour la suite du tournoi. Il affron­tera un Australien déchainé et infa­ti­gable en huitièmes de finale en la personne d’Alex de Minaur.