AccueilOpen d'AustralieDjokovic va-t-il réussir à conserver son titre ?

Djokovic va‐t‐il réussir à conserver son titre ?

-

Et oui, me voici avec mes gros sabots ! Mais comme vous le savez bien, c’est un passage obligé des quelques jours précédents les tournois du Grand Chelem, après que le tableau final a été tiré au sort : le fameux sondage ! Avec une question syntaxiquement simple, mais ô combien délicate à entendre : QUI VA REMPORTER L’OPEN D’AUSTRALIE 2013 ?

sondage

Après un tirage au sort, il y a systé­ma­ti­que­ment les combats de clochers. On prend la flèche ou le pinacle, la girouette qui le surmonte géné­ra­le­ment et, pour­quoi pas, une ou deux gargouilles et on se tape dessus pour savoir quel joueur a béné­ficié du meilleur tirage et quel autre peut fustiger la cruelle dame Destin. En l’oc­cur­rence, après cette nuit austra­lienne, on s’ac­corde à dire que la moitié de tableau supé­rieure est déli­cate, quand l’in­fé­rieure l’est un peu moins… 

Il n’y a qu’à voir : Rafael Nadal débute face à Bernard Tomic, pour­rait jouer Gaël Monfils au troi­sième tour, Lleyton Hewitt en huitièmes et, surtout, Milos Raonic ou Juan Martin Del Potro en quarts. Andy Murray, lui, après avoir croisé le fer avec Feliciano Lopez au troi­sième tour, a de grandes chances de retrouver John Isner en huitièmes, puis Tsonga ou Federer en quarts. 

C’est compliqué pour Nadal et Murray

Oui, mais bon… Novak Djokovic peut voir, sur sa route vers les huitièmes, Dmitry Tursunov et Ernests Gulbis. Certes, un quart face à Stanislas Wawrinka ou Richard Gasquet paraît moins ardu que les affiches du haut. Mais c’est surtout David Ferrer et Tomas Berdych qui semblent avan­tagés. Tommy Haas et Mikhail Youzhny sont leurs prin­ci­paux adver­saires avant un poten­tiel quart de finale entre l’Ibère et le Tchèque. 

Bref, tous ces calculs ne sont que subjec­ti­vité, bien ou mal placée. La vérité du court est souvent bien diffé­rente, les exemples en ont encore été foison en 2013. N’oubliez pas Wimbledon… Qui aurait imaginé l’échec de Rafael Nadal au premier tour, à Wimbledon, et celui de Roger Federer au deuxième ? D’autant qu’on sait que le début d’année est souvent propice aux coups de Trafalgar. Les physiques sont encore un peu fragiles, la météo réserve une chaleur impi­toyable, les prépa­ra­tions n’ont pas toujours été finalisées… 

En somme, rien ne nous dispose à réussir un bon pronostic ! C’est pour cela qu’on vous pose la question…