AccueilOpen d'AustralieFederer : "20, ce serait incroyable"

Federer : « 20, ce serait incroyable »

-

Sans forcer son talent, Roger Federer a validé son billet pour sa tren­tième finale de Grand Chelem suite à l’abandon de Hyeon Chung (6–1, 5–2). En confé­rence de presse, le Suisse s’est confié sur Marin Cilic, son adver­saire dimanche, ainsi que sur la possi­bi­lité de soulever un ving­tième titre du Grand Chelem. Morceaux choisis.

Sur sa quali­fi­ca­tion pour la finale…

« Je suis simple­ment content d’être en finale, ce qui était l’objectif prin­cipal du jour, même si ce n’est pas dans les circons­tances souhai­tées. Maintenant, j’ai joué un bon match. J’ai vu qu’il avait des diffi­cultés dans le deuxième set. »

Sur Marin Cilic, son adver­saire en finale…

« En rempor­tant l’US Open (2014), Marin a défi­ni­ti­ve­ment pris conscience de ce qu’il pouvait faire. Comme Stan. Il a extrê­me­ment bien joué contre Rafa. Il a cru en lui, il a été positif, et il a pu remporter ce match alors qu’il était mal parti. Au Masters de Londres, face à moi lors du troi­sième match, il est arrivé avec une atti­tude de gagnant. Je n’avais pas l’impression d’avoir en face de moi un mec qui venait de perdre ses deux premières rencontres. J’aime son atti­tude, il est très profes­sionnel. Il est toujours le même qu’il gagne ou qu’il perde. Sur le court, c’est un gagnant. »

Sur la possi­bi­lité de gagner un 20e titre du Grand Chelem…

« 20 titres, c’est spécial. Ce serait incroyable. Je n’arrive pas à réaliser à quel point s’est allé vite. La route vers une finale n’est jamais simple. Il y a toujours beau­coup de travail pendant le tournoi ainsi qu’une prépa­ra­tion au préa­lable. C’est quelque chose que vous plani­fiez depuis un moment, alors quand cela se produit, c’est un senti­ment agréable. Cela récom­pense le travail acharné de mon équipe et démontre que nous avons fait beau­coup de bonnes choses à l’intersaison. »