AccueilOpen d'AustralieFederer : "C’est essentiel que les joueurs parlent entre eux"

Federer : « C’est essentiel que les joueurs parlent entre eux »

-

Après sa victoire sur Jan‐Lennard Struff, Roger Federer a été inter­rogé sur les deux sujets chauds du moment : le fait qu’il joue en night session et la possible créa­tion d’un syndicat des joueurs. Morceaux choisis.

Sur la polé­mique de jouer en night session…

« C’est un défi de jouer dans ces condi­tions et quand vous venez en Australie, vous savez que c’est quelque chose de possible. J’étais prêt à jouer en journée. Si je vais m’entraîner à Dubaï avec 45 degrés, c’est pour être prêt à évoluer dans ces condi­tions, comme aujourd’hui (lire ce jeudi) avec 38 ou 39 degrés. »

Sur le prize‐money des Grands Chelems…

« Oui, les tour­nois du Grand Chelem pour­raient donner plus, mais je ne crois pas que ce soit le bon moment d’en parler, entre un deuxième et troi­sième tour. Nous avions eu un bon accord qui satis­fai­sait les Grands Chelems et les joueurs. Il semble­rait que celui‐ci soit arrivé à son terme. Je ne pense pas que nous obtien­drons les mêmes augmen­ta­tions et les joueurs vont devoir faire un effort et se faire entendre. Pour être honnête, c’est un peu usant de demander pour ces choses‐là. Cela ne se fera pas en un jour et les joueurs le savent. Les Grands Chelems devraient écouter plus régu­liè­re­ment les joueurs et pas occa­sion­nel­le­ment. Maintenant, nous avons de bonnes rela­tions avec les Grands Chelems, mais nous savons que ce sujet est une histoire sans fin. »

Sur la possible créa­tion d’un syndicat des joueurs…

« Je crois que c’est essen­tiel que les joueurs parlent entre eux. Quand ils ne le font pas, il ne se passe rien. Si les joueurs se parlent, ça devient inté­res­sant. Maintenant, ce n’est pas quelque chose que nous pouvons faire tous les jours. Nous pouvons nous réunir, mais pour s’organiser c’est compliqué car nous avons tous des agendas diffé­rents. Nous devons faire l’effort de se réunir pour nous parler. Pour être honnête, je soutiens toute initia­tive qui conduit au dialogue. »