AccueilOpen d'AustralieFederer est éternel

Federer est éternel

-

Mené deux sets à un par Tennys Sandgren et diminué physi­que­ment, Roger Federer a réalisé un authen­tique exploit en sauvant sept balles de match avant de s’imposer 6–3, 2–6, 2–6, 7–6(8), 6–3 pour rallier les demi‐finales où il affron­tera le vain­queur du duel entre Novak Djokovic et Milos Raonic. Le Bâlois n’a pas bien joué, comme depuis le début du tournoi, mais il a refusé d’abdiquer.

Roger Federer est insub­mer­sible. Déjà héroïque face à John Millman où il était mené 8–4 au super tie‐break du cinquième set, le Suisse a réalisé un nouveau miracle face à Tennys Sandgren. Alors qu’il avait parfai­te­ment débuté la rencontre en rempor­tant le premier set, le Bâlois a connu une défaillance physique que l’on n’a pas vu venir. L’Américain, lui, est resté imper­tur­bable. Le numéro 3 mondial est soigné au vestiaire à 0–3 au troi­sième set. Il sert moins bien et connaît des diffi­cultés dans ses dépla­ce­ments. Il affiche aussi une certaine nervosité.

Federer sauve 7 balles de match !

Dos au mur en étant mené deux sets à un, l’homme aux 20 titres du Grand Chelem s’accroche à son adver­saire et se contente de le faire jouer. Il écarte trois balles de match à 5–4 sur son service avant d’en sauver quatre autres dans le jeu décisif. Un miracle dont l’Américain ne se remettra pas. Il concède le break à 3–2 et Roger Federer ne laisse pas passer sa chance. Malgré 56 fautes directes, un très faible ratio sur ses balles de break (2 sur 13) et pas une grande réus­site au filet (47 sur 70), Roger Federer s’en sort 6–3, 2–6, 2–6, 7–6(8), 6–3. Une quali­fi­ca­tion pour les demi‐finales qui tient du miracle tant le Suisse ne joue pas bien et semble être diminué physi­que­ment. Au micro de Jim Courier, il a reconnu une douleur aux adduc­teurs. La ques­tion est désor­mais de savoir la gravité de cette gêne et s’il pourra récu­pérer avant son rendez‐vous face à Novak Djokovic ou Milos Raonic.