Accueil Open d’Australie Jour 3 – Les déclas

Jour 3 – Les déclas

-

Rafael Nadal (vic­toire sur Lukas Lacko 6262 62) :
« Je crois que j’ai joué un match sérieux. J’ai joué le match que j’a­vais besoin de jouer. Gagner 6262 62 est une très bonne nou­velle. Je bou­geais bien, je ne fai­sais pas de fautes, je contrô­lais bien la balle. Non, vrai­ment je crois que j’ai joué de la bonne manière. Un très bon match. En plus, j’ai joué plus déten­du qu’au pre­mier tour. Les seconds tours sont tou­jours plus faciles à négo­cier. Vous êtes plus adap­té aux condi­tions etc… Je crois que j’ai un peu pro­gres­sé par rap­port à lun­di. Je peux encore gagner un peu en lon­gueur mais c’est déjà bien. »

Andy Murray (vic­toire sur Marc Gicquel 6164 63) :
« Le pre­mier set était bon et après c’est deve­nu plus dif­fi­cile. Je m’en suis sor­ti à deux ou trois moments déli­cats en début de 2ème set. J’étais par exemple mené 0–40 sur mon ser­vice et j’ai réus­si à gagner ce jeu‐là. Vous savez, il a com­men­cé à mieux jouer à ce moment‐là. C’était une belle per­for­mance, un match solide, dans des condi­tions dif­fi­ciles (bruit, vent). Donc je suis content. Pour ce qui est de mon ser­vice, je suis rai­son­na­ble­ment satis­fait. J’ai joué deux matches et me suis fait brea­ker deux fois. Une fois dans chaque match. J’ai mieux ser­vi aujourd’­hui que lors de mon pre­mier match et je suis sûr que je ser­vi­rai encore mieux lors de mon pro­chain match. »

Gaël Monfils (vic­toire sur Antonio Veic 6464 64) :
« J’ai eu 2 pre­miers tours faciles et ça ne m’é­tait jamais arri­vé aupa­ra­vant en Grand Chelem. Mais bon, cela n’empêche pas que je ne suis pas satis­fait de mon jeu. Sur une échelle de 1 à 20, je me met­trais un 5. Et Roger (Rasheed son coach) me col­le­rait pro­ba­ble­ment un 2. Contre Isner, j’ai l’in­ten­tion de me mettre une bien meilleure note à la fin du match. »

Juan Martin Del Potro (vic­toire sur James Blake 6457 6763 108 ) :
« Je crois qu’on a vrai­ment enflam­mé le public ce soir. Les gens étaient si exci­tés ! Nous avons joué un super match. Je crois que j’ai beau­coup de choses posi­tives à rete­nir de ce com­bat pour le pro­chain match. Blake est très rapide, il joue vrai­ment fort avec son coup droit. Il ne loupe jamais de points faciles, il ne ven­dange jamais des coups droits faciles. C’était vrai­ment dif­fi­cile de conti­nuer à s’ac­cro­cher. Vous devez vous concen­trer sur chaque point, à chaque ins­tant et essayer de prendre votre chance lors­qu’elle se pré­sente. J’ai pris ma chance dans le 5ème set. A la fin du 3ème set, quand je me suis retrou­vé mené 2 manches à une, je me suis dit qu’il fal­lait conti­nuer d’es­sayer, de s’ac­cro­cher. C’est un match long, cela se joue en 5 sets. Vous pou­vez perdre deux sets, vous avez tou­jours une chance. C’est ce qui s’est pas­sé ce soir. Mais encore une fois, je crois que j’ai plein de choses posi­tives à rete­nir pour le pro­chain match. Question phy­sique, mon poi­gnet m’a fait un peu mal, mais je peux jouer. »


Andy Roddick
(vic­toire sur Thomaz Bellucci 6364 64 ) :
« Je me suis bien sen­ti sur le court aujourd’­hui. Vous savez, contre lui, le plus dur est d’ar­ri­ver à main­te­nir la balle hors des zones où il adore frap­per parce que dans ces zones là, il frappe très très fort. En fait, il faut gar­der la balle sur son côté revers, ce qui n’est pas for­cé­ment évident parce qu’il est gau­cher. Je crois que j’ai vrai­ment bien fait mon job sur ce point. »


James Blake
(bat­tu par Juan Martin Del Potro 6457 6763 108) :
« C’est dur de ran­ger cette défaite au pla­card, parce que là, elle fait vrai­ment mal. J’ai reçu plein de mes­sages de gens qui étaient debout à 5 heures du matin pour regar­der mon match. Et je ne veux même pas répondre à un grand nombre de ces mes­sages. Je me sens juste mal qu’ils se soient levés pour me regar­der à la télé et qu’ils se soient recou­chés un peu déçus. Heureusement pour moi, ce sont tous des amis qui m’ai­de­ront à oublier cette défaite quand j’au­rais fini de me faire du mal tout seul dans quelques jours ou peut‐être quelques heures. »


Elena Dementieva
(bat­tue par Justine Henin 75 7/6[5]) :
« Il n’y a rien de posi­tif à quit­ter le tour­noi dès la pre­mière semaine. J’étais en bonne forme en arri­vant ici. C’est déce­vant. Pour ce qui est de mon tableau, je ne veux pas appe­ler cela de la mal­chance. Il n’y a jamais de tableaux faciles. Et puis je suis venue ici non pas pour pas­ser le deuxième tour mais pour être en finale. Vous devez être prête à affron­ter Justine si vous vou­lez gagner le tour­noi. Donc ce n’é­tait pas un mau­vais tableau. Je crois qu’elle a très bien joué. Elle bou­geait bien, frap­pait fort. En fait, je n’ai juste pas eu l’im­pres­sion qu’elle s’é­tait arrê­tée 2 ans. Mais le pro­blème, c’est que je lui ai don­né l’op­por­tu­ni­té de bien jouer. Je crois que je l’ai trop lais­sée déve­lop­per un jeu agres­sif ce soir. Je ne jouais pas assez long. Donc je l’ai lais­sée dic­ter tout le jeu. »

Justine Henin (vic­toire sur Elena Dementieva 75 7/6[5]) :

« C’était un super match. Il y avait beau­coup d’é­mo­tion pour moi sur le court à la fin parce qu’il y a eu tel­le­ment d’in­ten­si­té ! De jouer ce genre de match au second tour, pour moi, après deux ans d’ab­sence en Grand Chelem, c’é­tait juste le type de situa­tion dont j’a­vais besoin. Le public m’a tel­le­ment don­né ! Ils étaient si res­pec­tueux à la fin… C’était une soi­rée très spé­ciale. C’est pro­ba­ble­ment pour cela que je suis reve­nue sur le cir­cuit, pour vivre ce genre de matches. »


Kim Clijsters
(vic­toire sur Tamarine Tanasugarn 6–3 6–3) :
« Je me sens bien. Physiquement c’est pareil, je suis bien. J’ai le sen­ti­ment que je suis suf­fi­sam­ment bien pour battre mes adver­saires. Ce n’est pas encore avec mon meilleur ten­nis mais avec un peu d’op­ti­misme, je pour­rai pra­ti­quer ce meilleur ten­nis lorsque cela devien­dra néces­saire. Aujourd’hui « Tammy » était vrai­ment accro­cheuse, dif­fi­cile à manœu­vrer. Je ne l’a­vais pas jouée depuis quelques années. J’ai été sur­prise de voir qu’elle jouait tou­jours. Mais elle est vrai­ment, oui dif­fi­cile à battre. C’est très dur de lire son jeu. Elle a un ser­vice embê­tant aus­si. Elle ne vous donne rien. Vous devez vrai­ment entrer dans le court et frap­per bon nombre de points gagnants. Donc je devais juste être patiente et attendre le bon moment pour ren­trer dans la balle et ten­ter le coup gagnant. »

Article pré­cé­dentL’interview de Dementieva
Article sui­vantWickmayer, Justine et Kim
Instagram
Twitter