Accueil Open d’Australie L’analyse d’Eric Winogradsky

L’analyse d’Eric Winogradsky

-

L’entraîneur de Jo‐Wilfried Tsonga a longue­ment analysé la perfor­mance de son poulain.


« C’est sympa qu’il s’en soit sorti surtout après les 3ème et 4ème sets où Almagro lâchait tout ce qu’il avait dans la raquette. Il a d’ailleurs eu beau­coup de réus­site en touchant les lignes à maintes reprises. Jo couvrait bien son terrain mais n’ar­ri­vait pas du tout, ou très très mal, à reprendre l’avan­tage dans l’échange, c’était plutôt lui qui était légè­re­ment derrière. Heureusement il a bien tenu ses jeux de service. Il a effacé quelques balles de break aux bons moments avec beau­coup de luci­dité et de réus­site. Mais ce que je retiens, c’est que sur les balles de break contre lui ou pour aller cher­cher le match, il est allé les gagner en avan­çant, au filet. Et ça ce n’est vrai­ment pas facile à faire surtout en fin de 5ème set avec déjà plus de 3 heures de jeu dans les jambes. En fin de 3ème, c’est vrai qu’on avait l’im­pres­sion que Jo pouvait boucler le match. Mais à ce moment là son adver­saire a décidé de jouer son va‐tout. Il voyait bien que s’il ne tentait pas sur tout ce qu’il passait, il était dominé. Et puis d’un seul coup, il s’est mis à servir incroya­ble­ment bien, à passer un énorme nombre de premières. 

Je regrette un peu cette balle de break au 4ème où Jo hésite en retour et fina­le­ment ne s’en­gage pas. Mais en même temps, quand vous en prenez plein la gueule pendant un bon moment, c’est dur de se dire quand vous avez une occa­sion : « Celle‐là, il ne faut pas que je la lâche. » Par contre cette occa­sion là, je pense qu’il ne l’a pas oubliée et derrière quand il les a eues à la fin du 5ème, là par contre il y est allé. Donc ça c’est vrai­ment bien. »

Instagram
Twitter