Accueil Open d’Australie Le grand huit de Djokovic ou l’a­vè­ne­ment de Thiem ?

Le grand huit de Djokovic ou l’avènement de Thiem ?

-

Invaincu lors de ses sept finales à Melbourne, Novak Djokovic vise un hui­tième sacre à Melbourne. Dominic Thiem, son adver­saire, espère être sacré pour la pre­mière fois de sa car­rière en Grand Chelem. Présentation.

Outsider dési­gné avant le début du tour­noi, Dominic Thiem n’a pas déçu. Si l’Autrichien a du s’employer au deuxième tour où il était mené deux manches à une par Alex Bolt, il est ensuite mon­té en puis­sance avec des vic­toires sur Taylor Fritz, Gaël Monfils, Rafael Nadal et Alexander Zverev. Le pro­té­gé de Nicolas Massu s’apprête ain­si à dis­pu­ter sa troi­sième finale de Grand Chelem, la pre­mière en dehors de Roland‐Garros. L’actuel cin­quième mon­dial a sou­vent été pla­cé, mais a sou­vent cra­qué dans la der­nière ligne droite.

Son suc­cès face à Rafael Nadal en quarts de finale (son pre­mier face à l’Espagnol en Grand Chelem) a confir­mé sa nou­velle dimen­sion. Et sur­tout, il a appris de ses échecs à Paris et il est deve­nu un joueur plus com­plet en per­for­mant désor­mais sur dur : « La vic­toire à Indian Wells (sur Roger Federer) m’a per­mis de gagner en confiance car j’ai obte­nu mon pre­mier Masters 1000 sur dur. J’ai pas­sé un cap en Asie puis pen­dant la sai­son en indoor. Je suis deve­nu plus agres­sif sur dur, j’ai com­men­cé à ser­vir plus intel­li­gem­ment et à mieux relan­cer. J’ai eu un déclic en me disant : si je suis capable de faire une finale au Masters de Londres, alors pour­quoi ne pas le faire dans un Grand Chelem sur dur. »

Thiem peut‐il reproduire sa performance du Masters en cinq sets ?

Sa pro­gres­sion s’apparente à celle de Stan Wawrinka. Il a pris son temps et à 26 ans, il arrive à matu­ri­té et prêt à s’imposer dans un Grand Chelem. Mais la der­nière marche sera la plus haute. Dominic Thiem affronte le maître incon­tes­té de Melbourne : Novak Djokovic. Invaincu sur ses sept finales, le Serbe vise un hui­tième sacre en Australie (un 17e en Grand Chelem), là où tout a com­men­cé pour lui en 2008. A l’exception d’un set lais­sé en route lors du pre­mier tour face à Jan‐Lennard Struff, le numé­ro 2 mon­dial n’a rien don­né à ses adver­saires. Dans la lan­cée de l’ATP Cup, le Djoker se montre très per­for­mant sur ses ser­vices, ce qui lui per­met de mettre (encore) plus de pres­sion sur les jeux de relance. Autant dire, qu’il n’est pas loin d’être injouable.

Néanmoins, le natif de Belgrade reste sur quatre défaites sur les cinq der­niers duels face à Dominic Thiem, dont un mar­quant au Masters de Londres. Dire que Thiem aurait pris un avan­tage psy­cho­lo­gique sur Djokovic serait un rac­cour­ci. Néanmoins, il a trou­vé des solu­tions pour mettre à mal la cou­ver­ture de ter­rain du Djoker. Dans la capi­tale bri­tan­nique, l’Autrichien avait agres­sé constam­ment le Serbe et avait été récom­pen­sé de ses efforts. Sera‐t‐il capable de pro­duire une telle per­for­mance au meilleur des cinq des sets ? Réponse dimanche matin…

Bilan du H2H :

Djokovic 6 – 4 Thiem
Thiem a rem­por­té 4 des 5 der­niers matchs
En Grand Chelem : Thiem 2 – 1 Djokovic (3 matchs uni­que­ment à Roland‐Garros)

Instagram
Twitter