AccueilOpen d'AustralieLes demi-finales à la loupe

Les demi‐finales à la loupe

-

Cette nuit, c’est le début des demi‐finales dans le tableau féminin. Deux très belles affiches indé­cises qui peuvent accou­cher d’une finale inédite. La surprise, à ce stade du tournoi, Elise Mertens défiera l’in­cre­vable Caroline Wozniacki en première session (4 heures du matin) avant que la numéro 1 mondiale Simona Halep ne se frotte à la vain­queur de l’édi­tion 2016, Angelique Kerber (6 heures). Présentation.

Mertens‐Wozniacki

Elle est la surprise de ce dernier carré à Melbourne. la Belge Elise Mertens, 22 ans, n’en fini plus de griller les étapes. Auteur d’une bonne saison 2016, ce qui lui a permis de se révéler au yeux du grand public (vain­queur à Hobart et fina­liste à Istanbul), la 37ème mondiale faisait, par ailleurs, partie de notre sélec­tion de joueuse à éviter sur le tournoi. Son parcours sur cette quin­zaine est très impres­sion­nant. Elle n’a tout simple­ment pas perdu un seul set, vain­queur, dans l’ordre, de Kuzmova, Gavrilova, Cornet, Martic et Svitolina. Si l’on prend en compte son doublé réalisé à Hobart juste avant la compé­ti­tion ainsi que la Hopman Cup, elle en est à 12 victoires de rang ! Son prin­cipal atout et sans aucun doute son magni­fique revers. De quoi impres­sionner Wozniacki ?

Tout le monde la connaît, beau­coup la redoute mais pour­tant Caroline Wozniacki n’a jamais gagné un seul tournoi du Grand Chelem. Une anomalie quand on connaît la longé­vité, la régu­la­rité et le physique de cette guer­rière du fond de court. Finaliste malheu­reuse à l’US Open en 2009 et 2014, la Danoise n’a jamais fait mieux qu’une demi‐finale (2011) en terre austra­lienne. De quoi nourrir des ambi­tions à quelques heures d’af­fronter une joueuse qu’elle a déjà battu la saison dernière, c’était sur la terre battue de Bastad et la numéro 2 mondiale s’était imposée en trois manches. Son parcours ? Il est solide même si elle n’a pas affronté une seule top 20. Buzarnescu, Fett, Bertens, Rybarikova et Suarez Navarro ne sont pas parve­nues à faire déjouer la native de Odense. Possédant une couver­ture de terrain excep­tion­nelle, elle a les armes pour contre­carrer le jeu puis­sant de la Belge. Réponse aux alen­tours de 4h du matin, heure française.

Halep‐Kerber

C’est un clas­sique. Angelique Kerber et Simona Halep se connaissent bien pour s’être croi­sées à sept reprises depuis le début de leur carrière. Le duel est serré mais c’est bien l’Allemande qui mène 4–3 dans les confron­ta­tions, la dernière remon­tant au Masters de fin d’année 2016 ou Kerber n’avait fait qu’une bouchée de la Roumaine. Après une année 2016 excep­tion­nelle (Vainqueur de l’Open d’Australie et de l’US Open, Finaliste à Wimbledon et au Masters), l’Allemande a connu un sérieux coup de mou la saison dernière (aucun titre et seule­ment deux huitièmes de finale en Grand Chelem). Elle a donc décidé de laver l’af­front en démar­rant 2018 pied au plan­cher en rempor­tant, avec la manière, le tournoi de Sydney. Arrivée en pleine ascen­sion à Melbourne, elle continue de surfer sur cette vague où elle a notam­ment battu Sharapova, la surpre­nante Hsieh S‑W et Madison Keys, en quarts de finale. 

Simona Halep a, elle aussi, eu un parcours rela­ti­ve­ment tran­quille même si elle a dû se défaire d’un match mara­thon face à Lauren Davis (15–13 au dernier set). Ce qui ne l’a pas parti­cu­liè­re­ment affecté puis­qu’elle a ensuite étrillé Osaka et Pliskova. Alors, à quoi devons‐nous nous attendre lors de ce duel promet­teur ? C’est Simona Halep qui en parle le mieux : « Ça va sûre­ment être un nouveau mara­thon, mais je suis habitué. Je la connais très bien et je sais que c’est une adver­saire diffi­cile, elle aime être ici et elle joue libérée. Je vais aller sur le court pour donner le meilleur de moi‐même, comme toujours ».