AccueilOpen d'AustralieMannarino : "Si j'avais su jeudi dernier que je jouais contre Isner,...

Mannarino : « Si j’avais su jeudi dernier que je jouais contre Isner, j’au­rais fait cinq jours d’en­traî­ne­ment de merde, à me plaindre, que ça allait être un match chiant »

-

Adrian Mannarino a dû attendre son neuvième duel face à John Isner pour enfin s’im­poser. Le Français déteste affronter l’Américain et il l’a clai­re­ment expliqué, sans langue de bois, lors de sa confé­rence de presse après l’avoir battu au 1er tour de l’Open d’Australie (6−7, 7–6, 6–2, 6–2).

« C’est chiant (d’af­fronter Isner, ndlr). Je ne sais jamais contre qui je joue, j’ai donc appris un quart d’heure avant le match que je jouais contre lui. À la rigueur, je n’ai pas eu trop le temps de ruminer là‐dessus. Heureusement que je ne regarde pas les tableaux parce que si j’avais su jeudi que je jouais contre lui, j’au­rais fait cinq jours d’en­traî­ne­ment de merde, à me plaindre, que ça allait être un match chiant. Parfois ça a des bons côtés de faire ça. Victoire ou défaite, ce sont des matches où on ne prend aucun plaisir. Il n’y a pas d’échange, pas de tactique. Hier (mardi) je suis sorti du terrain au bout d’un set et demi et je n’avais pas encore trans­piré. C’est pas agréable. Alors que parfois tu joues des adver­saires contre qui, même dans la défaite, tu t’amuses sur le court et t’as l’im­pres­sion de jouer au tennis. Là c’est pas marrant mais bon, c’est comme ça… »

Isner appré­ciera…