AccueilOpen d'AustralieMonfils encore impérial, tous les rêves sont permis

Monfils encore impérial, tous les rêves sont permis

-

Gaël Monfils n’a rien laissé à ses adver­saires sur cette première semaine de l’Open d’Australie. 

Grand favori de ce 3e tour contre un Cristian Garin certes 19e mondial mais beau­coup plus à l’aise sur terre battue que sur dur, le Français a assumé encore une fois son statut en s’im­po­sant avec auto­rité, toujours sans laisser de set en route : 7–6 [4], 6–1, 6–3, en 2h03. 

Lorsque le Chilien a réussi à le débreaker dans le premier set avant de l’emmener au tie‐break et même de mener 4–1, « la Monf » a mis aisé­ment le coup de collier néces­saire en enchaî­nant six points consé­cu­tifs pour bien lancer sa partie. 

Gaël a ensuite déroulé sans se faire de frayeur en s’ap­puyant sur sa puis­sance large­ment supé­rieure à celle de Garin, qui peinait lui à déborder le joueur trico­lore, toujours aussi solide en défense. Les deux breaks blancs concédés dans les deuxième et troi­sième manche font office de petite note néga­tive du jour.

A 35 ans, le Parisien comp­ta­bi­lise sa 20e quali­fi­ca­tion en huitièmes de finale de Grand Chelem, sa première depuis l’Open d’Australie 2020. C’est la sixième fois de sa carrière qu’il atteint ce stade de la compé­ti­tion dans un Majeur en rempor­tant les neufs manches qu’il a disputées. 

Gaël Monfils est de retour à son meilleur niveau, celui qu’il avait perdu depuis le début de saison 2020, avant la pandémie. Et s’il n’aime pas l’en­tendre, les attentes sont énormes autour de lui. Il va affronter Miomir Kecmanovic (77e mondial) pour une place en quarts de finale. Pour rappel, il aurait dû affronter un autre Serbe à ce stade de la compé­ti­tion, un certain Novak Djokovic. La voie est toujours libre, tous les espoirs sont permis.