Accueil Open d’Australie Murray : « Je me donnerai à 110% »

Murray : « Je me donnerai à 110% »

-

Andy Murray s’est dit vrai­ment très satis­fait de jouer la finale après un match très accroché contre David Ferrer. L’Ecossais s’at­tend à un match diffi­cile face à Djokovic mais a déclaré être prêt à se donner à 110%.


Quel est votre senti­ment après cette victoire ?

Je suis vrai­ment très content d’aller en finale. Ce soir, le match était vrai­ment accroché mais je m’y atten­dais. J’ai connu des hauts et des bas pendant ce match. J’ai changé de tactique au deuxième set et troi­sième set, et ça a payé. Je suis très heureux de m’en être sorti, ça aurait tout aussi bien pu tourner à son avantage. 


Parlez‐nous de votre chan­ge­ment de tactique dans le deuxième set ?

J’ai commencé à jouer plus près de ma ligne de fond court, en lui prenant du temps. J’ai utilisé un peu plus mon slice pour changer la tour­nure des points. Dans le premier set, on a joué énor­mé­ment de longs rallyes, David ne manquait aucun point. A partir du deuxième set, j’ai été capable de dicter plus le jeu avec mon coup droit. J’ai bien utilisé mon revers et je suis davan­tage venu au filet pour conclure les points. J’ai été plus offensif.


Vous avez très bien joué dans les deux tie‐break

Oui, j’ai bien servi dans chacun des tie‐break. J’ai été offensif dès le premier point, et ça a fait la diffé­rence. J’ai bien joué dans le troi­sième set contrai­re­ment au premier set où je n’ai pas su saisir ma chance. Et heureu­se­ment que je n’ai pas dû disputer une cinquième manche car il jouait vrai­ment bien.

Vous n’avez pas joué contre lui depuis presque deux ans mais vous avez gagné les trois dernières rencontres en trois sets. Est‐ce que cela va jouer en votre faveur pour la finale ?
Je l’ai battu à de nombreuses reprises dans des finales de Masters 1000. Quand j’ai gagné mon premier Masters 1000 à Cincinnati, c’était vrai­ment une victoire très impor­tante. Je ne sais pas si ça va jouer en ma faveur dimanche, mais ces victoires contre lui signi­fient beau­coup pour moi. Je m’attend à un match très diffi­cile. Je ne veux pas sortir du terrain (après la finale) en me disant que je n’ai pas livré le match qu’il fallait. Je dois saisir chacune des oppor­tu­nités. Je me donnerai à 110%. Ce sera très diffi­cile dimanche mais je dois rester concen­trer sur mon jeu. » 


Vous sembliez un peu boiter après la rencontre au moment de signer des autographes ?

Oui, c’est juste que j’ai joué près de 3h45. J’avais quelques cour­ba­tures et j’avais un peu mal après avoir joué un quatrième set au tie‐break. On est vite cour­ba­turé. Mais j’ai pris un bain glacé puis un bain chaud, je me sens mieux.


L’année dernière vous aviez échoué en finale. Mais vous avez acquis beau­coup d’expérience ?

Ca a été dur pour moi mais ça m’a permis de m’endurcir, de devenir un meilleur joueur et d’être plus fort menta­le­ment. C’est le genre de match qui vous apporte l’expérience dont vous avez besoin pour se main­tenir au plus haut niveau. On peut perdre des matchs diffi­ciles, mais j’espère en tout cas que cette expé­rience va m’aider dimanche.

Article précé­dentClijsters‐Li : les stats
Article suivant« Après on verra »
Instagram
Twitter