AccueilOpen d'AustralieNadal : "Pas au niveau"

Nadal : « Pas au niveau »

-

En confé­rence de presse, Rafael Nadal s’est montré très pessi­miste quant à ses chances pour l’Open d’Australie. Le Majorquin, pas tota­le­ment requinqué, ne s’ima­gine pas une seconde être sacré à Melbourne cette année.

En manque de compétition

« Pour être prêt, pour se sentir confiant, 100% compé­titif, vous devez jouer plus que quatre ou cinq matches en sept mois. Vous vous sentez bien physi­que­ment, mieux dans vos mouve­ments en jouant beau­coup de matches. On appré­hende mieux le stress de la compé­ti­tion en match offi­ciel qu’à l’en­trai­ment. Disputer un Grand Chelem tout de suite ce n’est pas l’idéal pour moi mais bon j’ai beau­coup travaillé depuis la fin décembre. J’ai besoin de mieux jouer que ce que je suis en train de faire. Mais pour mieux jouer j’ai besoin de gagner des matches, de passer plus de temps sur les courts. »

Un dos toujours fragile

« Je ne peux pas affirmer que c’est tota­le­ment guéri. Ca peut revenir, non ? Je ne suis pas encore sur à 100% que le problème soit réglé. Si vous me parlez de mes genoux, je peux vous dire que je suis vrai­ment moins inquiet. Mais mon dos, je n’ai pas eu assez de bonnes sensa­tions pour être à 100%. Je dois encore faire très atten­tion. Mais j’espère que tout ira bien. »

Ses favoris : Djokovic, Federer et Murray

« Vous savez comme moi qui est favori du tournoi. Novak a fait une excel­lente fin de saison. C’est un joueur fantas­tique. En plus il est sur sa surface de prédi­lec­tion. C’est la même histoire pour Roger. Il a lui aussi fait une grosse saison l’année dernière. Il a très bien fini. Il joue égale­ment sur sa surface favo­rite, ou l’une de ses favo­rites, avec le gazon. Je pense aussi que Andy est en forme. On verra bien. Il y a quelques autres joueurs qui auront aussi leur chance. Mais ça sera surement l’un des trois noms que j’ai cité. »

Pas au niveau pour gagner le tournoi

« Je ne me consi­dère pas comme l’un des favoris. L’an passé je l’étais. Cette année c’est diffé­rent. Ca serait mentir que de dire que je suis prêt à remporter le tournoi aujourd’hui. Je ne me sens pas au niveau pour le gagner. Si je reviens en confé­rence de presse dans une semaine, peut‐être que j’aurais changé mon discours parce que j’aurais joué quelques matchs, et si je suis capable de les gagner, alors j’aurais proba­ble­ment retrouvé du rythme et de la confiance. Mais en théorie, en jouant quatre ou cinq matches en sept mois, vous ne pouvez pas être favori d’un tournoi qui n’est pas sur terre. »

La moti­va­tion est là

« Je suis tout de même très motivé. J’apprécie parti­cu­liè­re­ment ce tournoi. Même si j’ai eu beau­coup de bles­sures tout au long de ma carrière, j’ai toujours eu de bonnes sensa­tions à Melbourne. Et j’espère, sincè­re­ment, que ça marquera le début d’une belle année pour moi. Je profite de chaque jour ici. J’espère pouvoir y rester encore quelques temps… »

Instagram
Twitter