AccueilOpen d'AustralieNadal, the GOAT !

Nadal, the GOAT !

-

Éternel, Rafael Nadal ! Il sort vain­queur de cette finale légen­daire contre Daniil Medvedev après avoir été mené deux sets à zéro. A 35 ans, l’Espagnol remporte son 21e Grand Chelem, le plaçant seul au sommet du tennis mondial, devant Roger Federer et Novak Djokovic. Le GOAT.

Le pire, c’est que Rafael Nadal redou­tait sans doute ce scénario. Il était mené pour la première fois du tournoi. Daniil Medvedev lui impo­sait un rythme infernal. Il jouait long, déployait son revers longue ligne dévas­ta­teur à merveille. Nadal tentait de trouver des solu­tions avec son revers slicé notam­ment. Mais il souf­frait terri­ble­ment sur ses mises en jeu, notam­ment à cause de ses diffi­cultés sur seconde balle (34% de points remportés derrière seule­ment dans le premier set).

La partie s’équilibrait ensuite. Les breaks se multi­pliaient et Medvedev tenait le coup. L’Espagnol nour­ris­sait sans doute de gros regrets. Plus agressif, il variait avec notam­ment des amor­ties parfai­te­ment touchées. Mais il lais­sait passer sa chance à plusieurs reprises. Il se procu­rait une balle de set sur son service, menait tout au long de la manche même dans le tie‐break. En vain. 

Comme tout au long de sa carrière, Nadal n’abdiquait pas malgré la décep­tion. Il augmen­tait son niveau d’un cran. Enfin réglé au service, il surpre­nait au meilleur des moments un Daniil Medvedev tendu et agacé par le public. Le Majorquin conti­nuait sur sa lancée. Il débor­dait enfin le numéro 2 mondial en baisse de régime et plus vrai­ment lucide. Exceptionnel, il accro­chait un 5e set. 

Dans une fin de match irres­pi­rable, Rafa faisait la course en tête mais trem­blait au moment de conclure avec une double faute plus que mal venue. Mais malgré ce contre­temps et ses 68 fautes directes, il allait cher­cher ce match abso­lu­ment fabu­leux, dans la légende. 

Rafael Nadal gagnait un deuxième Open d’Australie : 2–6, 6–7(5), 6–4, 6–4, 7–5 en 5h25 de jeu ! Il réali­sait le même exploit que Novak Djokovic en rempor­tant tous les tour­nois du Grand Chelem au moins deux fois.