AccueilOpen d'AustralieNadal, une démonstration couplée d'un petit trou d'air

Nadal, une démonstration couplée d’un petit trou d’air

-

Monstrueux pendant deux sets, Rafael Nadal a connu une baisse de régime ensuite contre Karen Khachanov ce jeudi au 3e tour de l’Open d’Australie. Il a quand même retrouvé l’énergie néces­saire dans le quatrième set pour finir le travail très joli­ment fait dans l’en­semble : 6–3, 6–2, 3–6, 6–1, en 2h52.

Sur le papier, il dispu­tait son match le plus diffi­cile depuis le début de la saison 2022. Résultat ? Il était sur le point de livrer sa meilleure perfor­mance avant de flan­cher physi­que­ment dans le troi­sième set. 

Il faut dire que Rafa avait vite annoncé la couleur à Karen Khachanov : un break dès le premier jeu de service du Russe et un seul point (!) concédé sur ses propres mises en jeu au cours du premier set. 

L’Espagnol a continué sur sa lancée en ne lais­sant pas respirer son adver­saire. Un break d’en­trée, pour changer, et une maîtrise totale derrière face à un Khachanov imprécis et peinant à trouver un plan B. 

Dans cette fameuse troi­sième manche, Rafael Nadal a entrou­vert la porte à Karen Khachanov, qui s’y est parfai­te­ment engouffré. Il a retrouvé une bonne longueur de balle, de la puis­sance et a fait mal au 5e mondial, d’ap­pa­rence fatigué, qui a subi (16 coups gagnants pour le Russe contre 7 pour l’Espagnol dans ce set). 

Après s’être alimenté, Rafael Nadal a retrouvé son pep’s du début de match. Le vain­queur de l’Open d’Australie 2009 a lâché un cri de rage révé­la­teur de son inquié­tude au moment de prendre le service de Khachanov pour mener 2–0. La partie était pliée. 

Rafael Nadal continue de monter en puis­sance, et affron­tera Aslan Karatsev ou Adrian Mannarino au prochain tour en ayant l’ob­jectif d’ar­river frais pour le probable choc contre Alexander Zverev en quarts de finale.