AccueilOpen d'AustralieSerena Williams: "Ça risque d'être sympa !"

Serena Williams : « Ça risque d’être sympa ! »

-

Sortie victo­rieuse de son duel avec Madison Keys, Serena Williams s’est quali­fiée pour la finale de l’Open d’Australie, avec un 19ème titre en Grand Chelem en vue. C’est donc une numéro un mondiale tout en décon­trac­tion qui présentée face à la presse à l’issue de son match, n’es­qui­vant comme à son habi­tude aucun sujet de conver­sa­tion. Extraits.

Sur Madison Keys, qu’elle a battu en demi‐finales
« J’ai impres­sionnée par sa capa­cité à rester dans le match et ne rien lâcher. Elle n’a pas levé le pied avant la fin de la rencontre (NDLR : Madison Keys a sauvé pas moins de huit balles de match) ! Je pense que c’est une très grand qualité. Elle peut aller très loin. La façon dont elle a joué aujourd’hui me fait croire qu’elle peut devenir numéro un mondiale et remporter des tour­nois du Grand Chelem. »

Sur Maria Sharapova et la finale qui approche
« Maria joue très bien. Elle est encore en lice car c’est une battante et elle ne se décou­rage jamais. Encore une fois elle n’a rien à perdre et elle n’a que des choses à gagner. Pour moi, c’est la même chose ! J’ai gagné ici à de nombreuses reprises, je ne vais pas arriver sur le court en me disant qu’il me faut un nouveau titre. Je le veux, mais ce n’est pas ques­tion de vie ou de mort. Avec deux joueuses qui n’ont rien à perdre, ça risque d’être sympa ! »

Sur sa série de 15 victoires contre Sharapova
« J’en suis évidem­ment très fière. La dernière fois qu’elle m’a battue elle était très jeune (NDLR : En finale du Masters 2004, à Los Angeles, Sharapova avait alors 17 ans) et j’avais un service à la cuillère. Cependant, ce n’est pas une chose à laquelle je pense. Bien sur, je ne veux pas que la série s’ar­rête, mais je veux juste aller sur le court et faire mon match. Je trouve que mon style de jeu fonc­tionne bien contre elle, j’aime bien l’af­fronter. C’est toujours sympa, et j’aime beau­coup l’in­ten­sité qu’elle y met. »

En parlant d’in­ten­sité, Serena Williams ne s’était pas trompée… Petit flash­back en 2007, déjà à l’Open d’Australie, où une Sharapova en grande diffi­culté ne lésine pas sur les moyens pour tenter de revenir dans le match.