Accueil Open d’Australie Serena Williams : « Sans ma fille, je serais en dépression »

Serena Williams : « Sans ma fille, je serais en dépression »

-

Serena Williams peut être com­blée. Victorieuse de son pre­mier match à l’Open d’Australie avec la manière face à l’Allemande Laura Siegemund (n°49), 6–1, 6–1, l’an­cienne reine du ten­nis s’est réjouie de la pré­sence du public dans les tra­vées de la Rod Laver Arena, une « très bonne chose » com­pa­ré à un « New‐York sans foule » (la der­nière édi­tion de l’US Open s’é­tait jouée sans public). 

Mais quelques heures après le Super Bowl, le sum­mum de l’é­vè­ne­ment média­tique à l’a­mé­ri­caine, la cham­pionne a été inter­ro­gée sur l’im­por­tance de sa petite fille de 3 ans dans la suite de sa car­rière, et la néces­si­té de l’a­voir tou­jours près d’elle, en oppo­si­tion à un cer­tain… Tom Brady, légende du foot­ball américain.

"Je ne pourrais pas fonctionner sans ma fille. Je pense que je serais en dépression. Nous avons été ensemble tous les jours de sa vie, alors... Est-ce sain? Pas du tout (rires). Pas même proche. Mais chaque jour, je veux juste être avec elle. Bien sûr, j'ai pu voir que c'était définitivement une distraction, surtout après ces dernières années, mais je commence enfin à m'améliorer. Les deux premières années et demie (de mère) ont été très difficiles."

Instagram
Twitter