Accueil Open d’Australie Serena Williams sur la qua­ran­taine : « Comme une bénédiction »

Serena Williams sur la quarantaine : « Comme une bénédiction »

-

Si la plu­part des joueurs ont vécu la qua­ran­taine comme une contrainte, Serena Williams, elle, s’est sen­tie pri­vi­lé­giée. Blessée au ten­don d’Achille il y a encore quelques semaines, la cham­pionne amé­ri­caine n’au­rait pas pu par­ti­ci­per au pre­mier Grand Chelem de l’an­née si celui s’é­tait dérou­lé aux dates habituelles. 

« C’était génial pour moi parce que j’a­vais juste besoin de ce temps. Je ne pou­vais pas m’en­traî­ner à cause de mon ten­don d’Achille. Et je ne pense pas que j’au­rais pu venir ici si le tour­noi avait com­men­cé comme toutes les autres années. Donc c’é­tait un peu comme une béné­dic­tion je dirais, mais très néces­saire pour moi. J’ai pu prendre ce temps pour récu­pé­rer et arri­ver au meilleur niveau pos­sible », a décla­ré celle qui a rem­por­té son pre­mier match face à Daria Gavrilova (6–1, 6–4) lors du deuxième tour du Yarra Valley Classic

Instagram
Twitter