Accueil Open d’Australie Tsonga, c’est passé !

Tsonga, c’est passé !

-

Jo‐Wilfried Tsonga s’est fait peur. Poussé aux 5 sets après avoir mené deux manches à rien, le Manceau a plié mais n’a pas rompu. Sauvant 3 balles de break dans ce dernier set, le Français a converti la première qu’il a obtenue, une balle de break qui était aussi une balle de match. Après plus de 3h30 de match, Tsonga écarte donc Nicolas Almagro (6/3 64 46 6/7[6] 97) et valide son billet pour les quarts de finale où il retrou­vera le seul homme qui l’avait battu lors de son incroyable épopée austra­lienne d’il y a deux ans : Novak Djokovic.

Tsonga 10ème mondial, Almagro 26ème. Même si les deux hommes ne s’étaient jamais affrontés, Jo entrait sur le court dans la peau de grand favori. Oui, mais. Un match n’est jamais joué d’avance et le combat auquel on a assisté aujourd’hui l’a une nouvelle fois prouvé. Car si beau­coup voyaient Jo l’emporter tran­quille­ment en 3 sets, son entraî­neur Eric Winogradsky tentait tant bien que mal de calmer le jeu à la veille de la rencontre. « Je vous assure que Jo prend ce match et son adver­saire au sérieux. Surtout que lors­qu’ils étaient jeunes, Almagro collait des petites fessées à Jo… »

Le début de la rencontre a tourné tout à l’avan­tage du Français. Un Tsonga convain­cant et convaincu, offensif, décisif, appliqué et repous­sant son adver­saire loin de sa ligne faisait forte impres­sion. Résultat : 6364 en une heure et huit minutes de jeu. C’était la fin du premier acte, le second pouvait commencer.

Dans une troi­sième manche accro­chée, les deux hommes se rendent coup pour coup. Almagro monte en puis­sance au fil du set mais ne parvient jamais vrai­ment à inquiéter son adver­saire. Et pour­tant, Jo lui offre presque cette troi­sième manche, commet­tant quelques fautes déci­sives alors qu’il sert pour revenir à 5 partout. 64 Almagro, l’Espagnol réduit l’écart.

Le quatrième set confirme le renou­veau de l’Espagnol. Bien loin de son atti­tude rési­gnée des 2 premières manches, Almagro prend sa chance, se montre offensif et empêche Tsonga de prendre l’avan­tage. Tout cela se jouera donc au tie‐break. Un jeu décisif capital pour les deux hommes que l’Ibérique débute parfai­te­ment. Menant 3–1, il voit pour­tant son adver­saire revenir à 3 partout. Puis 5 partout. Tsonga commet alors une double faute curieuse et offre une balle de set à son adver­saire. L’Espagnol ne la conver­tira pas mais saisira sa deuxième oppor­tu­nité. 7/6[6] Almagro, deux sets partout.

C’est parti pour un cinquième set, le premier de la carrière du Français. Et pour une première c’est une belle réus­site. Sauvant 3 balles de break tout au long du set avec une déter­mi­na­tion exem­plaire, Jo ne tremble pas. Et pour­tant, l’Espagnol joue crâne­ment sa chance, attaque à tout va et accroche les lignes sur tout ce qu’il tente ou presque. Malgré tout, Tsonga reste calme et attend sa chance. La première arrive à 8–7 service Almagro. A 30–40, Tsonga bondit, rentre dans le court et tire un dernier pénalty en coup droit. Il est qualifié pour les quarts de finale de l’Open d’Australie pour la troi­sième année consécutive. 

Ce thriller à peine terminé, Tsonga doit déjà se tourner vers le match qui l’at­tend : un quart de finale de gala face à Novak Djokovic pour une revanche de sa finale perdue ici‐même il y a 2 ans.

Instagram
Twitter