AccueilPadelRobin Haziza : "Tony Parker et Teddy Riner m'ont dit que les...

Robin Haziza : « Tony Parker et Teddy Riner m’ont dit que les tribunes devaient être pleines »

-

Deuxième extrait de notre inter­view de Robin Haziza tiré de notre maga­zine. Robin évoque son rôle de direc­teur du tournoi de la première étape du World Padel Tour orga­nisée en France. Ce sera à Toulouse du 13 au 19 Juin.

Depuis l’annonce de cette créa­tion, quel a été l’accueil du monde du padel ?
Il y a un engoue­ment impor­tant. La ville de Toulouse et la région Occitanie nous ont tout de suite accom­pa­gnés dans notre démarche en nous appor­tant un vrai soutien. Il n’y a pas une journée où je ne suis pas solli­cité pour avoir des infor­ma­tions. Mais cela reste une créa­tion. On part d’une feuille blanche, il faut donc convaincre. On est confiants. On travaille dur.

Pourquoi avoir choisi la ville de Toulouse ?
D’autres villes nous ont solli­cités, mais Toulouse remplis­sait tous les critères. C’est le berceau du padel en France, la ville histo­rique. L’Occitanie est la région qui compte le plus de prati­quants, de courts, de tour­nois. Je me souviens encore du Championnat du monde orga­nisé en 2000 sur la place du Capitole. Toulouse a donc une légi­ti­mité qui ne peut être remise en cause. La posi­tion géogra­phique de Toulouse est aussi un atout, car on n’est pas loin de l’Espagne qui aura encore un contin­gent impres­sion­nant de joueurs lors de cette étape du World Padel Tour. Cela peut compter pour remplir les gradins.

Est‐ce que cet événe­ment arrive au bon moment par rapport au déve­lop­pe­ment de notre culture padel en France ?
Il y a trois ans, je m’étais déjà renseigné pour orga­niser une étape du World Padel Tour, et quand je suis revenu à la charge l’année dernière, il y avait déjà quatre candi­dats pour relever le chal­lenge, donc cela veut tout dire. Nous avons eu la chance d’être retenus et je pense sincè­re­ment que le timing est bon. On ne remplira pas encore une salle de 15 000 personnes, mais une belle arène de 3 000 à 4 000 fans en plein centre‐ville avec un véri­table esprit padel, des tapas, de la bonne humeur et des anima­tions qui respectent la culture de ce sport, syno­nyme de convi­via­lité et de rencontres. De plus, la date est idéale, mi‐juin, juste après Roland‐Garros.

Quel est l’objectif fixé par tes nouveaux patrons, Teddy et Tony ?
Au‐delà d’être d’immenses athlètes, ce sont aussi des chefs d’entreprise. Ils ont compris la complexité de construire une première édition. Nous sommes là pour installer un événe­ment, le rendre pérenne. J’ai donc une vraie pres­sion, mais aussi un peu de temps pour faire mes preuves. Notre premier critère pour évaluer la qualité du travail accompli sera la réus­site popu­laire. Notre but, c’est que le jour de la finale, les tribunes soient pleines.

=> Le billet­terie du Human Padel France 2022 est déjà ouverte et les places sont entrain de s’arracher