Accueil Padel Kristina Clément (Nox France) : "En Espagne, on s'attend à ce que...

Kristina Clément (Nox France) : « En Espagne, on s’attend à ce que des clubs de padel mettent la clé sous la porte »

-

Les centrés privés sont les poumons de la pratique du padel. Ce sont eux les pionniers et ce sont eux aussi qui vont souffrir le plus de l’arrêt de la discipline d’autant que ce sont des structures couvertes. Kristina Clément connaît bien leur économie, elle fait pour nous un point sur cette situation plutôt critique : « Les clubs privés de padel sont des entreprises à part entière. Comme toute entreprise, si vous connaissiez des difficultés financière en situation normale, un coup d’arrêt de l’activité pour deux ou trois mois minimum comme celle que nous connaissons actuellement, ne peut qu’enfoncer l’entreprise encore plus dans la difficulté, voire la mettre en péril définitivement. En Espagne, on s’attend à ce que des clubs de padel mettent la clé sous la porte à cause de cette épisode coronavirus (pour rappel le marché espagnol est mature donc très concurrentiel). Espérons que cela n’arrive pas en France avec les mesures mises en place par le gouvernement pour aider les entreprises pour faire face à cette période exceptionnelle. Et bien sûr cela sera très dépendant de la date de réouverture pour les clubs privés (très souvent indoor) et dans quelles conditions et quelles contraintes. Je pense que cela concernera qu’une faible minorité de clubs privés (les petite structures « familiales » seront les plus fragiles). Et aujourd’hui la croissance de padel passe beaucoup par les clubs de tennis de plus en plus nombreux à mettre des courts de padel et par des groupes privés multisports qui ont intégré le padel dans leur structure. »

Instagram
Twitter