AccueilWe Love PadelRomain Taupin : « On va assister à un boom du padel dans...

Romain Taupin : « On va assister à un boom du padel dans chaque pays dans un premier temps, booster par l’en­goue­ment parfois aveugle du secteur privé »

-

Le fonda­teur de Padelonomics revient pour We Love Tennis Mag sur le déve­lop­pe­ment du padel en Europe. Son analyse confirme qu’il existe deux mouve­ments diffé­rents sur le vieux conti­nent et que la France est un peu à la traine.

Romain, peux‐tu nous dire exac­te­ment quand tu as crée Padelnomics ?

  • Exactement en Octobre 2018, 4 ans déjà !

    Quel a été ton intuition ?
  • Je cher­chais à me faire connaître pour trouver un emploi chez l’un des gros acteurs du secteur. Je me suis dit que créer un site en parta­geant toutes mes connais­sances me servi­rait de « CV en ligne » pour me faire repérer. Ma fierté, c’est la stra­tégie autour de la ligne édito­riale du site qui est la clef de son succès. Mon site contient 150 à 200 pages web utiles (si une page ne sert à rien, je la supprime), soit l’équi­valent d’un livre dans lequel j’ex­plique, je pense, avec péda­gogie, et surtout indé­pen­dance de pensée, les grands thèmes qui peuvent inté­resser le lecteur. Pas de blabla. J’atteins aujourd’hui 40.000 lecteurs uniques sur une année, en augmen­ta­tion constante (7000 en 2019, 16000 en 2020, 26000 en 2021, 40000 en 2022).

    Comment arrives‐tu à avoir toutes ses statis­tiques, peux tu nous expli­quer ta façon de travailler ?
  • C’est un travail très simple et très chiant (rires). Depuis 2016, je réfé­rence dans un fichier Excel tous les nouveaux clubs qui se créent en faisant une veille sur les réseaux sociaux et Google. Au bout de six ans, ça me permet d’avoir une vision de la vitesse de déve­lop­pe­ment du padel par dépar­te­ment, par type de struc­tures etc.

    Si je te demande de résumer les grandes tendances de la pratique du padel en Europe depuis 5 ans..
  • Les cinq dernières années repré­sentent l’envol du padel en Europe hors des fron­tières espa­gnols avec une crois­sance du padel dans tous les pays mais avec des scéna­rios de crois­sance bien diffé­rents pour certains. Derrière l’Espagne, si je résume gros­siè­re­ment pour simpli­fier, on a deux groupes de pays :
    1) Les pays qui sont en plein boom voir en fin de boom (Suède, Italie, Belgique, Danemark, Finlande, Pays‐Bas)

Les pays qui commencent le boom (France, UK, Allemagne, Norvège)

Comment expli­quer les diffé­rences entre les pays ?

  • Là aussi pour simpli­fier, car ça serait trop long de décrire pays par pays le pour­quoi du comment, disons que pour qu’il y ait un boom il faut quatre ingrédients :

1) Des investisseurs

2) Des terrains disponibles

3) Des normes de construc­tions et des plans locaux d’ur­ba­nisme (PLU) peu restrictifs

4) Une demande suffi­sante pour que le projet soit rentable.

La première caté­gorie de pays « Pays scan­di­naves, Bénélux » réunissent en fait ces 4 critères. L’Italie, c’est un peu diffé­rent, c’est un pays moins riche mais qui a la chance d’avoir un climat enso­leillé comme l’Espagne ce qui leur permet d’in­vestir dans des clubs de padel outdoor à très bas coût. La seconde caté­gorie de pays ne réunisse pas ces critères, ils ont tous beau­coup de mal à trouver des terrains dispo­nibles et acces­sibles en prix et la demande n’est pas encore assez forte pour compenser les charges exor­bi­tantes de ce genre de projet.

Peut‐on dire que la France est en retard ?

  • Oui, nous sommes en retard

Comment expliques‐tu ce phénomène ?

  • Comme je le disais, il est très compliqué en France de trouver des terrains / hangars à des prix acces­sibles. Cela freine l’in­ves­tis­se­ment privé. J’ai l’exemple au Pays‐Basque, à Nice, Montpellier, Lille, ou à Paris par exemple, je dois avoir vingt porteurs de projets qui n’ar­rivent pas à trouver de terrains pour monter leur struc­ture alors qu’ils ont parfois le capital pour cela. Néanmoins, ce frein dans le privé est compensé par la faci­lité d’ins­tal­la­tions de terrains de padel, financés par les mairies et les régions, dans les clubs de tennis. Ce qui nous donne au final une crois­sance forte dans l’hexa­gone mais non expo­nen­tielle comme chez nos voisins Italiens ou Belges.


La pratique évolue donc avec une forte crois­sance, jusqu’où cela peut aller ?

  • Il est beau­coup trop tôt pour le dire. Ce que je sens, c’est qu’on va assister à un boom du padel dans chaque pays dans un premier temps, booster par l’en­goue­ment parfois aveugle du secteur privé. Dans un deuxième temps, à cause du surplus de clubs de padel « privé » qui se seront lancés sans réel busi­ness plan viable dans ce secteur, on assis­tera à une « correc­tion du marché », comme en Suède actuel­le­ment, et des clubs ferme­ront. Le sport se struc­tu­rera alors dans chaque pays autour des clubs asso­cia­tifs et de quelques clubs privés solides finan­ciè­re­ment et une nouvelle vague de crois­sance plus solide arri­vera. Mais l’avenir du padel s’an­nonce incroyable car c’est le sport de raquette du 3ème âge selon moi et il repré­sente une porte de sortie spor­tive et sociale pour tous les retraités du tennis/badminton/squash (sport plus exigeant physi­que­ment). Ces sports étant très déve­loppés, le padel a de très forte chance de devenir aussi important…


Toi qui regardes tout, on a l’im­pres­sion que les USA sont
réfrac­taires, c’est une vue de l’es­prit ou est‐ce que c’est parce que le pickel­ball est très installé

  • Le Pickelball est en plein boom c’est vrai, comme le tennis d’ailleurs aux USA. Cela peut être une des raisons qui freinent le déve­lop­pe­ment du padel outre Atlantique. Mais je pense que la raison prin­ci­pale est beau­coup plus simple : Il n’y a presque aucun club de padel là‐bas ! Sans offre, pas de demandes ! On a enfin un premier club qui est apparu à New‐York cette année. Il va falloir du temps et la créa­tion de nombreux clubs pour « évan­gé­liser » les Américains mais je ne vois pas pour­quoi ce sport ne pour­rait pas réussir là‐bas. J’avais étudié l’âge moyen des joueurs de chaque sport et j’avais trouvé que le joueur de Pickleball avait en majo­rité >60 ans, de Padel entre 35–55 ans et de tennis <35 ans. Chaque sport a son public selon moi.


On sait que tu es joueur de Padel, quel est le coup qui te fait
vrai­ment kiffer ?

  • Plus qu’un coup, j’adore défendre, je trouve que la défense est ce qui fait ce sport si attractif. Mais si je devais choisir, je dirai le lob, je trouve que c’est le coup le plus impor­tant du padel, surtout à niveau amateur.

Propos recueillis par Laurent Trupiano