AccueilRichard GasquetGasquet, "serein" avant l'US Open

Gasquet, « serein » avant l’US Open

-

Eliminé en huitièmes de finale à Cincinnati, Richard Gasquet va manquer le statut de tête de série à l’US Open à quelques points près. Débarrassé de ses pépins physiques, le Tricolore compte sur sa dernière semaine d’en­traî­ne­ments avant Flushing Meadows pour retrouver les auto­ma­tismes du jeu sur dur. « Serein », Richie se sent capable de réussir quelque chose de bien à New York City.

Battu au 1er tour à Toronto il y a 15 jours par le rela­ti­ve­ment modeste Sergiy Stakhovsky, Richard Gasquet commen­çait par le mauvais bout sa prépa­ra­tion pour l’US Open. Hors‐sujet, le Français souf­frait encore de douleurs au bras, à l’épaule ou au dos. Bref un peu partout. « Je suis arrivé très mal à Toronto » rappelle‐t‐il. « Alors je suis quand même content de repartir d’ici sans douleur et en étant mieux. Avant l’US Open, c’est pas mal. »

Vu comme ça, c’est certain que sa défaite face à Mardy Fish en huitièmes de finale hier est presque secon­daire. Et pour­tant, elle le prive d’un statut de tête de série à l’US Open. Et lors­qu’on se remé­more le bol qu’a eu Gasquet jusqu’ici dans les tirages au sort en Grand Chelem, cette défaite est peut‐être plus embê­tante qu’elle n’y parait. « Je ne vais pas être loin d’être tête de série mais je ne le serai pas. Ce n »est pas grave, ça ne va pas tuer ma semaine » rela­ti­vise Gasquet.

Relativiser, voilà un domaine dans lequel le Biterrois semble avoir beau­coup appris depuis un an. « Aujourd’hui j’ar­rive à rela­ti­viser certaines défaites. J’arrive à prendre plus de positif que de négatif. J’ai beau­coup souf­fert l’an dernier, alors je ne vais pas me mettre dans le trou à chaque fois que je perds. »

Effectivement, lorsque l’on compare la situa­tion actuelle de Gasquet à celle de l’an passé, il y a de quoi rela­ti­viser juste­ment. Il y a tout juste un an, le Biterrois s’ap­prê­tait à revenir à la compé­ti­tion après sa suspen­sion de deux mois et demi. Essuyant le refus d’une invi­ta­tion pour New Haven, Gasquet avait parti­cipé aux quali­fi­ca­tions du tournoi et s’était incliné face à un illustre inconnu classé au delà de la 400e place mondiale. « Je suis quand même beau­coup mieux aujourd’hui » commente‐t‐il. Quand on sait qu’il perdait alors des matches d’en­traî­ne­ment à ‑2/6, on ne peut qu’approuver.

Si elle l’empêche de gagner quelques précieuses places au clas­se­ment ATP, cette défaite face à un Mardy Fish « on fire » aura au moins permis à Gasquet de constater ses limites du moment. Encore trop souvent confi­guré terre battue, le Français cherche parfois des trajec­toires très arron­dies au lieu d’ac­cé­lérer le jeu. « C’est vrai que je manque un peu de repères sur dur. Autant le jeu sur terre, je l’ai bien retrouvé cette année, autant sur dur, contre un joueur comme ça, c’est délicat. Il me manque la lecture du service, la lecture du rebond, le jeu va vite. Lui c’est un spécia­liste. Il sert de façon incroyable, ça descend fort, ça va vite. C’est un des meilleurs serveurs du monde. Je manque de repères contre ces joueurs‐là sur dur. » Pourtant, Gasquet n’était pas si loin dans la première manche. Mais « je fais un jeu à la con à 5–5… Des fautes stupides, un peu de tension… » Un peu de tension et le break, syno­nyme de gain du premier set pour Fish. « J’aurais pu être plus puis­sant et un peu plus effi­cace au service mais contre lui, la compa­raison est dure. »

Bref Gasquet manque de repères et de quelques réglages pour atta­quer l’US Open avec séré­nité. « La semaine d’en­traî­ne­ment va me faire du bien. Je vais bosser mes retours de service, essayer de prendre la balle un peu plus tôt. Je pense que je peux être bien à l’US open. Je n’ai pas de douleurs. Je suis plutôt serein, ça devrait aller. »

Positif mais lucide, Gasquet sait qu’un bon parcours à l’US Open passera égale­ment par un tirage au sort clément. « Il me faudra un bon tirage, c’est toujours pareil. J’avais hérité de Nadal l’an dernier à l’US Open (1er tour) puis de Youznhy à l’Open d’Australie (1er tour) et d’Andy Murray à Roland Garros (1er tour). Pour que je joue Federer là… Mais je me sens pas mal. Je suis capable de battre des têtes de série, j’ai bien battu Youzhny ici. Je pense que je serai en forme. Les jambes, le bras, le dos ça va, il faut que ça continue. » C’est tout ce qu’on lui souhaite.