Roland Garros
Radwanska : "Ce n'est pas un 10 000$, mais un Grand Chelem"



Battue par Tsvetana Pironkova sous la pluie, Agnieszka Radwanska a adressé de vives critiques à l'organisation du tournoi en conférence de presse. Pour sa première à la tête de Roland Garros, Guy Forget risque de s'en souvenir bien longtemps...

Roland Garros 2016 est définitivement maudit. Après la cascade de forfaits, le tournoi est confronté à une météo pourrie qui met en avant son insuffisance en terme d'infrastructures. Un manque qui est pointé du doigt depuis de (trop) nombreuses années. La lenteur du projet porte un sérieux préjudice à la notoriété du Grand Chelem parisien. Après le washout de ce lundi (journée sans le moindre match), les rencontres ont été fortement perturbées ce mardi. Et le déroulement de la journée n'a pas plu à Agnieszka Radwanska. L'organisation a exigé la reprise de son huitième de finale perdu contre Tsvetana Pironkova (2-6 6-3 6-3) alors que la pluie tombait encore. En conférence de presse, la Polonaise a vivement critiqué le tournoi. "Je suis tellement surprise et en colère que l'on ait dû jouer sous la pluie. Ce n'est pas un tournoi 10 000$, mais un Grand Chelem ! Comment peut-on laisser des joueurs sous la pluie ? Je n'ai pas pu jouer dans de telles conditions. Je ne sais pas s'ils se soucient de ce que l'on pense. J'imagine qu'ils s'occupent d'autres choses. Je suis juste énervée."

Une critique qui fait écho à celle exprimée par Novak Djokovic sur l'absence d'éclairage au sein du stade Roland Garros. L'édition 2016 restera dans les mémoires, non pas pour les performances sportives, mais pour les conséquences qu'elle peut avoir sur l'avenir du tournoi. Roland Garros se doit de se moderniser afin d'accueillir le public et les joueurs dans des conditions optimales. Autrement dit, dans un stade digne d'un tel événement. C'est une question de survie pour le tennis français. Aux autorités d'en prendre conscience le plus rapidement possible. Car se faire comparer à un tournoi 10 000$ n'est sans doute pas la meilleure publicité...

De votre envoyé spécial à Roland Garros