Roland Garros
Pouille : "Je sais que l'on travaille dur"



Avec une seule victoire au compteur lors de la saison sur terre battue, Lucas Pouille n’aborde pas Roland-Garros de la meilleure des manières. Le Nordiste (qui a retrouvé Tommy Haas à ses côtés) veut oublier cette mauvaise période à l'occasion de la quinzaine parisienne.

Lucas, comment appréhendez-vous ce Roland-Garros ?
Les entraînements se passent bien avec une bonne qualité. J’ai hâte de commencer ! Je me sens bien dans mon tennis. Comme je l’avais déjà dit après Rome ou Madrid, ce n’est pas parce que l’on gagne tous les tournois avant, que l’on va aller loin à Roland-Garros. J’ai en tête l’exemple d’Alexander (Zverev), vainqueur de Rome l’année dernière et qui n’avait pas très bien joué ici. Les conditions sont différentes, on est dans un Grand Chelem, au meilleur des cinq. Je mets ce qu’il s’est passé derrière moi et je repars de l’avant avec des ambitions dans ce tournoi.

Avez-vous été inquiet pendant cette saison sur terre battue avec vous n’avez gagné qu’un seul match ?
Inquiet ou douté, non, mais moins de confiance quand on accumule plusieurs défaites de suite, ça n’aide pas à se sentir mieux. J’ai confiance en moi, je sais que l’on travaille dur et les sensations sont très bonnes à l’entraînement. Il faut continuer, être le plus positif possible en match, croire en moi, rentrer sur le terrain avec l’idée d’imposer mon jeu et de ne pas penser aux conséquences.

Avez-vous une revanche à prendre sur les critiques qui ont été faites à votre sujet l’année dernière ?
Quand on fait partie des meilleurs français, la critique est toujours facile. C’est passé et je n’y fais plus vraiment attention. J’ai surtout envie de me prouver à moi-même que je peux faire de grandes choses dans ce genre de tournoi. C’est derrière moi, les gens qui ont fait ces remarques se sont excusés. Si on reste dans le passé, on n’avance pas.

Vous abordez le tournoi dans la peau du numéro 1 français. Cela change-t-il quelque chose ?
Je le prends de la même manière que l’an dernier où j’étais arrivé avec plus ou moins le même classement, donc ça ne change pas fondamentalement les choses. Pour moi, c’est anecdotique d’être numéro 1 français, le plus important est de monter au classement mondial et d’aller le plus loin possible.

Tommy Haas est de retour à vos côtés. Comment ça se passe ?
Il apporte son regard extérieur, même si ça rejoint souvent Manu (Planque), c’est agréable de l’entendre de manière différente de temps en temps. Il est arrivé hier matin (lire ce jeudi), le but est de m’aider à installer mon jeu et jouer mon meilleur tennis dès le premier tour pour aller le plus loin possible.

De votre envoyé spécial à Roland-Garros

Tous les produits de Lucas Pouille sont chez Tennis Warehouse, notre partenaire.