Roland Garros
Couacaud : "Je peux rejouer à 100% et c’est ce qui compte"

Qualifié pour le troisième tour, Enzo Couacaud (230e) s’apprête à affronter son compatriote Elliot Benchetrit (273e) pour une place dans le tableau final. Le joueur de 24 ans, qui n’a pas été épargné par les blessures, aborde différemment sa carrière :

"Hier (lire ce mardi), c’était assez long et aujourd’hui (lire ce mercredi) c’était plus court ce qui permet de garder des bonnes sensations. C’est une bonne victoire car il (Arthur De Greef) était en finale la semaine dernière (au Challenger d’Heilbronn). Tout s’est bien goupillé donc je suis vraiment content. Je vais jouer Elliot (Benchetrit) que je connais bien. Il fait aussi des semaines d’entraînement à l’académie Mouratoglou. Ça fait un moment qu’il a des bons résultats, il mérite complètement sa wild-card ici et il a battu deux très bons joueurs. Personnellement, ça fait deux mois et demi que je suis retourné à l’académie et tout se passe très bien. Je suis avec un entraîneur australien (Rohan Williams). C’est la première fois que je suis avec un coach étranger. Il n’y a pas la barrière de la langue car je parle anglais, mais sur la philosophie c’est un peu différent. C’est la fraîcheur dont j’avais besoin. Ça colle parfaitement (...) Toutes les blessures que j’ai pu avoir me permettent d’être plus zen, d’avoir plus de recule que par le passé. Je savoure plus l’instant présent quand je suis sur le court. Il y a eu plusieurs moments où je ne savais pas si ça allait passer, si j’allais retrouver mon niveau. Je ne sais toujours pas si sur le long terme ça va aller. Aujourd’hui, je peux rejouer à 100% et c’est ce qui compte."

De votre envoyé spécial à Roland-Garros