Roland Garros
La feuille de stats : Verdasco, le match parfait

C'est terminé pour Richard Gasquet à Roland Garros. En manque d'entraînement, de physique et de repères, le Français était tout simplement trop juste pour espérer battre un terrien de la trempe de Verdasco. Un Espagnol qui - en plus - a réalisé un match remarquablement propre. Retour sur la feuille de stats du match, pour mieux comprendre ce qu'il s'est passé.



Pour battre Fernando Verdasco, qui reste un métronome à l'échange, encore plus sur terre battue, Richard Gasquet a besoin de pouvoir compter sur sa première balle de service. Problème, en raison de sa blessure dorsale en cours de guérison, le Français manque de rythme et surtout de vitesse sur ce coup. Pour se préserver, Gasquet a donc multiplié les "premières-secondes" d'où ce pourcentage de premiers services correct : 66%. Néanmoins, son manque de réussite derrière son service est criant : le Tricolore n'a gagné que 55% des points après sa première balle et 35% après sa seconde. Des stats' assez exceptionnelles pour lui. A l'inverse, Verdasco a passé 82% de premières balles, avec une pointe à 202 km/h, et gagné 68% des points derrière (64% après la seconde). Enfin, s'il y a bien un domaine où l'Espagnol a brillé et le Français péché, c'est sur les balles de break. Ils en ont chacun obtenu 9. Verdasco en a converti 7, Gasquet 2. Tout est dit. Pire, le match se résume presque à cette stat' !


Dans le jeu, Fernando Verdasco a appliqué une tactique simple : bloquer le Français sur son revers en ne lui offrant que des balles très hautes et liftées. Richard n'a ainsi rien pu faire avec ce coup qui lui rapporte d'ordinaire beaucoup de points. Pire, il a commis 13 fautes non provoquées de ce côté, 6 de plus qu'en coup droit, un secteur où il est normalement plus friable. Au final, Gasquet aura commis 25 fautes directes, pour seulement 15 coups gagnants. Bef tout l'inverse d'un Verdasco dans une réussite assez exceptionnelle. Alors que l'Espagnol peut d'habitude perdre patience et partir assez rapidement à la faute, il a cette fois rendu une copie particulièrement propre : 39 points gagnants pour 21 erreurs seulement. Chapeau !


Au final, l'Espagnol a très bien joué sur l'ensemble du match et bien mieux négocié les points importants que son adversaire, d'où le score sec de cette rencontre. Une victoire méritée !