AccueilRoland GarrosDjokovic face à Tsitsipas, l’Olympe après l’Everest

Djokovic face à Tsitsipas, l’Olympe après l’Everest

-

« À chaque fois qu’on foule le court avec Nadal, vous savez qu’il faut faire l’as­cen­sion du Mont Everest pour pouvoir parvenir à le battre. » Novak Djokovic tentait de décrire son incroyable perfor­mance quelques minutes après sa sortie du Philippe‐Chatrier. Mais si battre Rafael Nadal à Roland‐Garros est un exploit, qu’il a réalisé deux fois, ce n’est qu’une étape vers son objectif. Djokovic le sait mieux que personne. En 2015, lors­qu’il bat le Majorquin en quarts de finale, il échoue en finale contre Stanislas Wawrinka. Cette année, le dernier obstacle se nomme Stefanos Tsitsipas. Et il a les crocs. La finale s’an­nonce grandiose. 

D’un côté, Novak Djokovic court derrière les Grands Chelems. Il assume tota­le­ment ses ambi­tions. Il veut finir avec le plus grand nombre de Majeurs, un critère déter­mi­nant dans la cours au GOAT. En cas de victoire, il peut revenir à une petite longueur de Rafael Nadal et Roger Federer. Il se donne­rait déjà l’oc­ca­sion d’éga­liser avec un mythique 20–20–20 à Wimbledon. 

De l’autre, Stefanos Tsitsipas, 22 ans, peut devenir le premier grec à remporter un Grand Chelem. Après deux demi‐finales, il veut passer ce cap, pour sa première grande finale. Il est le meilleur joueur sur terre battue cette saison avec des titres à Monte‐Carlo et Lyon, une finale à Barcelone, un quart à Rome et une finale Porte d’Auteuil donc.

Les deux hommes se sont affrontés 7 fois. 5 matchs ont tourné à l’avan­tage du numéro 1 mondial. 3 sur 3 sur terre battue, dont le dernier en date à Rome, qui a véri­ta­ble­ment lancé Novak cette saison sur ocre. 

Le joueur qui tiendra le plus sa ligne de fond risque de prendre l’as­cen­dant. Nole aura pour prin­ci­pale mission de priver de temps Stefanos afin de l’empêcher de se décaler sur son coup droit dévas­ta­teur. Ce dernier voudra mettre en place son jeu agressif. De la patience et une soli­dité mentale pour un tel événe­ment, inédit pour lui, seront primordiales.

Si Novak Djokovic veut devenir le seul joueur de l’his­toire à remporter chaque Grand Chelem au moins deux fois, il doit gravir l’Olympe. 2918 mètres d’al­ti­tude qui peuvent peser après les 8 849 mètres de l’Everest…

Instagram
Twitter