AccueilRoland GarrosFlorent Serra : « J’entends encore dire qu’il n’y a que les titres…

Florent Serra : « J’entends encore dire qu’il n’y a que les titres du Grand Chelem qui comptent »

-

Pour étayer son propos dans le Moscato Show sur RMC, l’an­cien joueur trico­lore Florent Serra (NDLR : Florent Serra a été 36ème mondial en 2006, il a gagné deux titres sur le circuit ATP), a pris la plume pour rédiger une longue lettre. 

Il prend donc le temps de faire une mise au point globale et appelle fina­le­ment à l’union sacrée. 

Si l’on peut accepter l’idée qu’il ne faille surtout pas tirer sur l’am­bu­lance et ne pas tout rayer d’un trait, il est évident que le propos manque un peu d’am­bi­tion notam­ment quand Florent explique. : « J’entends encore dire qu’il n’y a que les titres du Grand Chelem qui comptent ». 

Oui, Florent, le tennis a été orga­nisé autour de ces quatre épreuves, oui l’his­toire d’un joueur et sa dimen­sion s’ins­crit lors de ces évènements…

Pourquoi ?

Parce que tout simple­ment, ils durent quinze jours, que tous les meilleurs sont présents et veulent soulever la coupe, parce que les matchs se jouent en 5 sets et surtout parce qu’il n’y a jamais la place pour de l’im­pro­vi­sa­tion ou le coup de bluff.

C’est ainsi !

Alors on peut le déplorer ou trouver cela injuste mais c’est aussi cela qui permet de faire la diffé­rence entre les cham­pions et les légendes. 

Henri Leconte, Jo‐Wilfried Tsonga, Arnaud Clément, Cédric Pioline, sont des grands joueurs, mais leurs vies auraient changé si par bonheur ils étaient parvenus à soulever le trophée.. 

Peut‐être d’ailleurs qu’ils auraient fina­le­ment rendu service au tennis fran­çais toujours accroché au sourire rava­geur de Yannick Noah en 1983.…

Instagram
Twitter