AccueilLe blog de la rédac'Le problème français ? Et si on parlait un peu d'argent !

Le problème fran­çais ? Et si on parlait un peu d’argent !

-

Chaque Roland‐Garros, le sujet du niveau des joueurs trico­lores est remis en cause. 

À chaque fois, on cherche à expli­quer la situa­tion sans fina­le­ment aborder un sujet plus qu’im­por­tant lors d’une carrière d’un joueur de tennis : l’argent.

Car si l’argent ne fait pas le bonheur, il y contribue, surtout en France où le tennis jouit d’une noto­riété impor­tante et qu’un cham­pion est souvent un ambas­sa­deur marke­ting idéal pour certaines grandes marques. 

Mais évoquer les revenus d’un cham­pion est tabou alors même que pour certains c’est l’une des moti­va­tions prin­ci­pales et que cela n’est pas condam­nable. Un joueur pro est fina­le­ment une vraie entre­prise qui engage des frais, du temps et qui veut donc un retour sur investissement.

Après, il faut bien se rendre compte et préciser que le système mis en place est lié à la puis­sance de Roland‐Garros, de la Fédération Française, et de toute l’éco­nomie installée autour de la petite balle jaune sur notre terri­toire qui n’a pas d’équi­valent dans le monde, sauf peut‐être aux Etats‐Unis même si le tennis n’y est pas un sport majeur.

En résumé, un joueur fran­çais top 100, c’est 10 fois plus de revenus et de confort que pour un Russe, un Bulgare, et même un Allemand.

Enfin, cerise sur le gâteau, même quand c’est fini, ça continue ‚encore, il n’y a qu’à voir le casting proposé cette année par Mansour Barhami pour le fameux tournoi des Légendes.

Tournoi des Légendes où Jo‐Wilfried Tsonga sera présent, lui qui a récem­ment résumé la situa­tion du tennis bleu blanc rouge : « On est telle­ment entouré, on est telle­ment dans un cocon que les joueurs ont un peu de mal à prendre vrai­ment leur sujet en main et avoir une idée très claire de ce qui est bon pour eux ou pas. Et on se rend compte que dans le tennis, quand on est sur le terrain, personne nous aide à mettre la volée, personne nous aide à savoir où mettre la balle. »