AccueilRoland GarrosNadal et l'arbitrage de Maria

Nadal et l’arbitrage de Maria

-

S’il y a bien un arbitre qui sanc­tionne régu­liè­re­ment Rafael Nadal à coups d’aver­tis­se­ments pour ses longues prises de temps entre les services, c’est bien Pascal Maria. Interrogé à ce sujet en confé­rence de presse, le Majorquin a répondu de cette façon :

« Lorsque c’est Pascal Maria, je ne prends même plus la serviette sinon je perds trop de temps. Chaque juge agit de la façon qu’il croit être la bonne. Je ne comprends pas le sport de cette façon là mais c’est comme cela. Il y a des règles, il faut les respecter. C’est tout de même étrange que dans le cadre de ces règles, j’ai toujours des problèmes avec lui. Il y a toujours plus de pres­sion que d’ha­bi­tude. Je pense qu’il n’est pas logique, surtout lors de la balle de break, quand c’est un point impor­tant, que l’on me fasse ces remarques. Je n’ai qu’à entendre, accepter. C’est comme cela. Il ne faut surtout pas que je me décon­centre, il faut conti­nuer et faire le mieux possible. Après, il y a des juges qui savent peut‐être inter­préter mieux les règles que d’autres. Certains appliquent tout à la lettre, ils mettent le chro­no­mètre et puis, c’est tout. Je pense qu’il est mieux de mettre un grand chro­no­mètre sur le court pour que tout le monde voie les secondes. Il faut faire le service et puis, c’est tout. S’il y a un chro­no­mètre, on sait au moins combien de secondes il nous reste. Le tennis doit être un sport où l’on réflé­chit. C’est ce que je pense. C’est un tout. C’est un côté physique, un côté mental, stra­té­gique. Autrement, on est avec le chro­no­mètre, on fait comme cela. Après l’aver­tis­se­ment, j’ai levé un sourcil et j’ai continué. J’ai accepté. Parfois, je pense que c’est juste parce que je suis lent, je l’ac­cepte, je l’ad­mets. Les aver­tis­se­ments sont justes. Mais là, aujourd’hui, non. Mais à chaque fois, avec ce juge, il y a toujours un ou deux aver­tis­se­ments. Il faut le respecter, c’est comme cela. »

    Fognini : « Pas ennuyeux contre Monfils »

    Rafael Nadal se fiche des mauvais augures

    Le poids de Townsend en question