Accueil Roland Garros Pour l’ins­tant sur terre-battue, Daniil Medvedev n’y arrive pas

Pour l’instant sur terre-battue, Daniil Medvedev n’y arrive pas

-

Les sta­tis­tiques ne livrent pas tou­jours la véri­té mais quand elles sont criantes, elles ont l’a­van­tage de clore les débats. 

Il suf­fit donc de se pen­cher sur le ratio vic­toires et défaites du Russe sur l’ocre pour consta­ter que Daniil Medvedev n’est pas un vrai spé­cia­liste de l’ocre. 

Avec 10 suc­cès pour 17 défaites, Daniil pré­sente un bilan presque indigne de son sta­tut, et de son talent. Un bilan qu’il faut com­pa­rer à celui sur dur : 115–51 ou encore sur gazon : 18–12.

Hier soir face à Ugo Humbert, ses frappes où le lift est presque com­plè­te­ment absent n’ont pas sou­vent débor­dé le Tricolore. De plus, ses prises de balles tôt qui carac­té­risent son jeu sont beau­coup moins effi­cace sur la terre où il faut savoir aus­si tem­po­ri­ser et ne pas cher­cher le coup dur à tout prix.

Pour toutes ces rai­sons, Daniil Medvedev n’a pas vrai­ment un jeu adap­té à l’ocre et il ne fait pas par­tie des favo­ris pour le titre à Roland-Garros. Il lui reste la volon­té et de ce côté là, Daniil n’a rien à envier à per­sonne mais cela risque ne pas être suf­fi­sant pour jouer les pre­miers rôles du côté de la Porte d’Auteuil.

Instagram
Twitter