Accueil Roland Garros Simon : « On conti­nue de nous stres­ser avec l’hor­loge au ser­vice alors…

Simon : « On continue de nous stresser avec l’horloge au service alors qu’il faut qu’on s’occupe nous‐même de notre serviette sans les ramasseurs »

-

Gilles Simon a ten­té de tenir le choc. En gros manque de confiance depuis la reprise du ten­nis, le Niçois a fait dou­ter Denis Shapovalov pen­dant 3h30 avant de logi­que­ment s’in­cli­ner, faute de rythme. Cependant, ce n’est pas cette défaite qui agace le plus le 54e mon­dial, mais bien les règles impo­sées qui sont selon lui trop strictes dans une telle période.

« Ce qui est assez fati­guant et ce qui est même très éton­nant, c’est que je n’arrive pas à com­prendre qu’on conti­nue de nous stres­ser avec l’hor­loge au ser­vice. Déjà qu’il faut qu’on s’oc­cupe nous‐même de notre ser­viette sans les ramas­seurs, et tu as l’im­pres­sion que l’ar­bitre n’attend que ça pour te mettre un war­ning. J’ai été très, très éner­vé à Rome lors de mon pre­mier tour, sur un match de 3 heures, tu fais tom­ber une seule fois ta raquette dans la terre bat­tue, tu vas cher­cher ta ser­viette pour l’es­suyer, tu as balle de break contre toi et tu as l’ar­bitre qui vient te stres­ser la mort. »

« En ce moment ils veulent tel­le­ment être strict sur des règles qu’il n’y a plus de bon sens. On est dans une période où il y a pleins de contraintes, et on devrait tout faire pour que cela se passe bien mais on devient com­plè­te­ment fou. Tu as l’impression qu’ils font la police, untel n’a pas de masque, l’autre a le masque sur le men­ton en tri­bune, on a com­plè­te­ment dévié. J’arrive sur un court et il n’ y a plus de bon sens… Les ramas­seurs ne peuvent plus t’ai­der tu as un arbitre qui n’at­tend qu’une chose c’est de te mettre un war­ning et tu te demandes juste : pourquoi ? »

Instagram
Twitter