AccueilRoland GarrosZverev se moque presque de son procès pour violences conjugales

Zverev se moque presque de son procès pour violences conjugales

-

La date ayant été fixée depuis plusieurs mois, Alexander Zverev savait que son procès en appel s’ou­vri­rait ce vendredi à Berlin, en plein Roland‐Garros. Et sa stra­tégie est visi­ble­ment d’éluder le sujet. 

Interrogé sur son juge­ment après sa victoire au deuxième tour contre David Goffin (7−6, 6–2, 6–2), l’Allemand a donné une réponse très sèche. 

Journaliste : « Allez‐vous suivre au jour le jour l’évo­lu­tion du procès qui s’ouvre demain contre vous pendant le tournoi ? Comment gérez‐vous l’at­ten­tion générée par ce procès »

Zverev : « J’ai tout dit avant le tournoi. »

Avant le début du tournoi, le numéro 4 mondial avait déclaré être sûr de gagner son procès : « Je suis convaincu qu’il n’y a abso­lu­ment aucune chance que je perde ce procès. C’est pour­quoi je peux conti­nuer à jouer serei­ne­ment et je crois que mes résul­tats le montrent. »

Pour rappel, Zverev est accusé par la mère de son enfant et ex‐compagne, Brenda Patea, de violences conjugales.