US Open
Wawrinka : "C'est incroyable !"



Trois finales, trois titres du Grand Chelem différent. A 31 ans et 5 mois, Stan Wawrinka a basculé dans une nouvelle dimension en remportant l’US Open en produisant un tennis exceptionnel. En conférence de presse, le Suisse n’a pas caché son émotion.

Sur la finale contre Novak Djokovic…
"C’est incroyable ! Aujourd’hui (lire ce dimanche), je savais que ce serait une bataille contre Novak, qui vous pousse toujours à jouer votre meilleur tennis si vous voulez le battre. Physiquement et mentalement, c’était vraiment très dur. Pour être honnête, après le match j’étais complètement vidé. J’ai tout donné sur le court. Pas seulement aujourd’hui, mais pendant toute la quinzaine. J’ai essayé d’être dur avec moi-même, de ne rien montrer. Je suis content et fier de ce que j’ai réalisé. Il n’y a pas de secret, si vous voulez battre le numéro 1 mondial, vous devez tout donner. Je devais accepter de souffrir et apprécier. Je pense que c’est le Grand Chelem le plus douloureux que je n’ai jamais connu."

Sur ses prochaines objectifs, comme Wimbledon…
"Vous pensez que l’année prochaine je vais me focaliser uniquement sur Wimbledon (sourire) ? Non, il n’y a pas de plan. Je ne suis pas assez bon pour me dire en arrivant sur un Grand Chelem : ok, je vais le gagner celui-là. Jour après jour, je m’entraîne très dur. Les résultats viennent parce que je me bats pour progresser et que je possède une équipe géniale qui me pousse tous les jours à devenir un meilleur joueur."

Ou la première place mondiale…
"La question revient à chaque fois que je gagne un Grand Chelem. Mon meilleur classement est numéro 3. Je suis trop loin pour y penser. Regardez Novak : il gagne 2 ou 3 Grands Chelems par an, 5 Masters 1000. Il gagne presque tout ou il est en finale. J’ai gagné 4 tournois cette année et j’en suis très content ! Mais je suis trop loin pour être numéro 1."

Sur ses victoires en finale de Grand Chelem contre des numéros 1…
"Je pense que je prends confiance à chaque fois que je gagne un match. En Grand Chelem, vous avez le temps de faire des erreurs, de progresser. Je ne joue pas mon meilleur tennis au premier tour. Mais match après match, ma confiance grandit et quand j’arrive en finale, je sais que mon jeu est là. Aujourd’hui (lire ce dimanche), avant la finale, j’étais nerveux comme jamais. Je tremblais dans le vestiaire. Cinq minutes avant le match, alors que Magnus (Norman) me donne les dernières consignes, je me suis mis à pleurer. Je n’étais pas bien ! Mais je savais que mon jeu mais aussi mon physique étaient là."

Sur la pression…
"La seule pression que je ressens en Grand Chelem, c’est celle que je me mets à moi-même. Par exemple contre Evans (où il sauve une balle de match au troisième tour), je m’étais mis trop de pression. Je ne voulais pas perdre. Je voulais avancer dans le tournoi. Il n’y a aucun match facile, peu importe le classement. Evans ce jour-là jouait très bien. Je devais me battre, rester positif pour trouver une solution. Plus je gagne dans un Grand Chelem, mieux je me sens. A l’entraînement samedi, je frappais la balle les yeux fermés. Je pense que je n’avais jamais senti aussi bien la balle de ma vie. Je savais que j’étais prêt pour la finale."

Pour le plaisir, un des (très) nombreux hot-shots de Stan Wawrinka...



Tous les produits de Stanislas Wawrinka sont chez Tennis Warehouse, notre partenaire.
Lire et réagir

Pour ceux qui sont pressés, en cochant la case "I'd rather post as a guest", vous pouvez réagir sans avoir à vous enregistrer.

Pour changer votre pseudo (une fois inscrit), il faut se rendre sur la page de votre profil disqus et changer la case 'Name'.

Pour désactiver la notification par email rendez-vous sur la page Email Notifications.
En décochant "Receive emails from Disqus" vous ne recevrez plus aucun email de disqus.