AccueilUS OpenCe Paulo-là est énorme !

Ce Paulo‐là est énorme !

-

C’est LA perf’ de la journée côté fran­çais. Paul‐Henri Mathieu a sorti Lleyton Hewitt [32] au terme d’un match d’une qualité rare. Le Français l’emporte en cinq manches (6/3 64 5746 61) et rejoint le second tour où l’at­tend Guillaume Rufin.

Il est des matches qui vous tiennent en haleine jusqu’au bout de la nuit. Celui proposé par Paul‐Henri Mathieu et Lleyton Hewitt était de cet acabit‐là. Des diago­nales revers de folie, des échanges en cadence à vitesse super­so­nique, des amor­ties, des volées claquées, des montées à contre‐temps, des passings incroyables, des contres splen­dides et surtout, surtout, des retours hallu­ci­nants. Sur ce dernier point, c’est notre Paulo national qui a sorti le très grand jeu. Les deux pieds juste derrière la ligne, l’Alsacien bondit d’un bon mètre cinquante lorsque Hewitt frappe la balle puis se jette dedans, sans retenue. Résultat : quelques erreurs certes, mais surtout un nombre impres­sion­nant de missiles restés dans les limites du court. 

Le retour est peut‐être juste­ment la clé de ce match dont Paul‐Henri Mathieu devrait se rappeler long­temps. En pleine crise de confiance depuis Wimbledon, Paulo arrive à Flushing Meadows sans réfé­rences aucunes. Seul point positif et visi­ble­ment pas des moindres : tout va bien sur le plan physique. Enfin débar­rassé de ses gênes diverses et variées, le Français se lâche, s’en­gage, donne tout sur chaque frappe, pose ses appuis avec vigueur et se déplace à vitesse grand V. Dépassé dans le jeu et souvent troué par les accé­lé­ra­tions du Tricolore, Hewitt cède les deux premières manches (6/3 64). Mais la comba­ti­vité de l’Australien n’est plus à démon­trer. Il revient d’avord à 2 manches à 1 (7/5) puis remonte un break de retard dans le 4e set pour fina­le­ment surprendre l’Alsacien dans le money‐time (6/4). Alors qu’on pense à une nouvelle crise de Pauloïte aigüe, PHM ne bronche pas, retourne sur sa chaise, serei­ne­ment. Si le coup derrière la tête est certain, Paulo ne le montre pas et repart au combat tambour battant en début de 5e manche. Un break d’en­trée, confirmé, puis un nouveau break, à nouveau confirmé. Paulo mène 4–0, 4–1 puis 5–1. On se met douce­ment à croire que l’Australien ne reviendra plus. Un inter­naute écrit alors « 5–1 PHM. S’il arrive à perdre le match, je me fais moine boud­dhiste. » Ce ne sera pas la peine, Paulo finit le match sans sour­ciller. Un cinglant 6–1 pour terminer, face à un Hewitt qui – il est vrai – peinait à mettre un pied devant l’autre après 3h30 de jeu. 

Au final, Paul‐Henri Mathieu, aujourd’hui 109e mondial, s’offre une des plus belles victoires de sa carrière. Son niveau de jeu affiché (75 coups gagnants tout de même !) est fran­che­ment de bonne augure pour la suite du tournoi. Quant à Hewitt, il quitte pour la toute première fois de sa carrière l’US Open dès le premier tour. Preuve une nouvelle fois de la gran­deur de l’ex­ploit réalisé par PHM cette nuit. Ce Paulo là, qui ne fait pas une faute en revers, envoie du lourd en coup droit, sort des contres splen­dides et surtout, gagne au 5e set, on en redemande.