AccueilUS OpenClijsters a tenu bon

Clijsters a tenu bon

-

Kim Clijsters a dominé Venus Williams en demi‐finale de l’US Open. La Belge s’im­pose en trois sets (4/6 7/6[2] 64) et rejoint Vera Zvonareva en finale.

Après Serena l’an passé, Kim Clijsters a écarté Venus Williams en demi‐finale à Flushing Meadows. Plus régu­lière dans l’en­semble (43 fautes directes contre 50 pour Venus), la Belge a progres­si­ve­ment réussi à imposer son jeu. C’est pour­tant l’Américaine qui prend le meilleur départ. Intouchable sur son enga­ge­ment, Venus breake et se détache au score (5–3). Elle conclut sur son jeu de service suivant 64.

Touchée mais pas coulée, Clijsters ne baisse pas les bras. La Belge se montre plus offen­sive et va provo­quer les fautes adverses. De plus en plus tendue sur son service, Venus passe de moins en moins de premières. Et Kim ne rate pas l’oc­ca­sion de reprendre l’avan­tage au score. La Belge mène 5–2, sert pour le set à 5–4 mais se fait fina­le­ment rejoindre, victime prin­ci­pa­le­ment de sa nervo­sité. Les deux jeunes femmes doivent se dépar­tager au tie‐break. Un jeu décisif presque offert par l’Américaine qui aura aligné les fautes directes et notam­ment servi deux doubles‐fautes d’affilée. 

Un set partout, la balle au centre. Le combat s’in­ten­sifie, les deux joueuses en mettent plus dans leurs frappes. Les points spec­ta­cu­laires sont au rendez‐vous et l’am­biance devient élec­trique. Bien plus offen­sive, Clijsters breake la première (4–2). Mais une nouvelle fois rattrapée par ses émotions, la Belge laisse l’Américaine revenir (4–4). Piquée au vif, Kim se bat comme jamais sur le jeu suivant et réussit quelques formi­dables points en défense. La Belge breake à nouveau, lais­sant une Venus dépitée par cet énième retour­ne­ment de situa­tion. Cette fois, la tenante du titre ne tremble pas pour conclure et l’emporte sur sa première balle de match. Là‐voilà en finale pour la deuxième fois d’af­filée. « C’était un formi­dable match à jouer, un super combat. Nous avons joué du grand tennis ce soir » s’est féli­citée la Belge. « J’ai envie de savourer cette victoire pour le moment puis je vais très vite me concen­trer sur la finale de demain. » L’ex‐numéro 1 mondiale devra en effet avoir les idées clair en finale pour espérer battre sa bête noire de l’année 2010 : Vera Zvonareva.