AccueilUS OpenDjokovic is terrific !

Djokovic is terrific !

-

Au terme d’une lutte abso­lu­ment incroyable de plus de 4h10, Novak Djokovic remporte son premier US Open aux dépens de Rafael Nadal, réali­sant ainsi le petit chelem. Score final de cette finale d’an­tho­logie : 6–2 6–4 6–7[3] 6–1 Djokovic.

« Ces images qu’ils montrent à la télé, c’est un nouveau sport ? » demande Nicolas Mahut par SMS à Amélie Mauresmo au beau milieu de cette finale complè­te­ment dingue. Et la ques­tion mérite d’être posée tant ces deux mutants ont repoussé les limites de leur sport plus de quatre heures durant.

Dès les premiers échanges, les deux joueurs donnent le ton. Ce sera long, dur et éprou­vant. Et si Nadal breake le premier pour mener 2–0, la domi­na­tion espa­gnole n’est qu’un feu de paille. Rapidement, Djokovic prend la mesure de son adver­saire. Beaucoup plus offensif, Nole dicte le jeu, construi­sant calme­ment ses points sans jamais partir à la faute. Nadal gambade 4 mètres derrière sa ligne, joue trop court et paie logi­que­ment l’ad­di­tion. Encaissant 6 jeux d’af­filée, le numéro 2 mondial concède la première manche sur un sévère 6–2.

Sur sa lancée, Djokovic pour­suit son entre­prise de destruc­tion massive. Telle une machine, le Serbe reste sur sa tactique, accep­tant l’échange avant de choisir le moment opportun pour porter l’es­to­cade. A 2–2, Nadal au service, les deux hommes se disputent un jeu pendant plus de seize minutes. Malgré plusieurs balles de 3–2, c’est bien le Majorquin qui cède. Break en poche, Djoko enquille : 3–2, puis 4–2. Pourtant, Rafa revient (4–4), presque contre le cours du jeu, grâce encore une fois à cette incroyable force mentale. Mais Novak, réel­le­ment au‐dessus, breake immé­dia­te­ment pour empo­cher la deuxième manche 6–4.

On en avait déjà plein les mirettes après ces deux grands premiers sets. On n’avait pas encore tout vu, loin de là. Car s’il ne faut retenir qu’une chose de cette finale, c’est peut‐être ce troi­sième set d’an­tho­logie dont les high­lights défi­le­ront en boucle ces prochains jours. 

Grâce à son mental, sa déter­mi­na­tion, son refus de la défaite et son physique hors du commun, Rafael Nadal jette toutes ses forces dans la bataille. Ce match, il ne le perdra pas en trois sets. D’autant plus que Djokovic fatigue. Il le sait, il le sent. Les échanges sont mons­trueux, le combat atteint son paroxysme. A 6–5, Djokovic sert pour le match. Il passe à deux points de la victoire. Mais Rafa revient et accroche ce set au tie‐break (7–3). Mérité, certes. Mais Djokovic ne se démon­tera pas pour autant.

Car le Serbe reprend petit à petit son souffle physi­que­ment. Et alors que Rafa a tant puisé pour revenir à deux manches à une, le numéro 1 mondial est reparti sur les bases des deux premiers sets. Rapidement, Nole breake. Une fois, puis deux. Le coup de massue est total. Nadal est cuit, à tous les sens du terme. Sur un dernier coup droit gagnant, Novak Djokovic s’ef­fondre. C’est son troi­sième titre du Grand Chelem cette saison, le premier à l’US Open, le tout à l’issue d’un match qui restera dans les mémoires. Décidément, ce Djokovic est vrai­ment, vrai­ment terrific.