AccueilUS OpenDuel au sommet en finale

Duel au sommet en finale

-

Cette finale entre Novak Djokovic et Rafael Nadal à l’US Open a un air de déjà vu. Les deux joueurs s’étaient affrontés l’année dernière pour une victoire de l’Espagnol 6–4, 5–7, 6–4, 6–2. Mais aujourd’hui, la donne a changé. Le Serbe est devenu n°1 mondial, n’a perdu que deux fois cette année dont une sur abandon et il a déjà remporté deux titres du Grand Chelem (Open d’Australie et Wimbledon). Alors Rafael Nadal arri­vera t‑il à conserver son titre à Flushing Meadows ou ne pourra t‑il tout simple­ment rien face à celui qui l’a détrôné de la première place mondiale ? 

C’est simple, en cinq rencontres cette année, toutes en finale (Indian Wells, Key Biscayne, Madrid, Rome et Wimbledon), Novak Djokovic a remporté cinq matchs face à Rafael Nadal. Un terrible 50 en neuf mois, alors que l’Espagnol menait dans leur duel 16 victoires à 7 avec notam­ment une finale à l’US Open en 2010, à Rome et Monte Carlo en 2009, au tournoi du Queen’s en 2008 et à Indian Wells en 2007. Mais sur les dix derniers matchs, c’est bien le Serbe qui mène 8 à 2 et ce n’est donc pas éton­nant qu’il soit le favori, bien que Rafael Nadal conserve un léger avan­tage dans leur face‐à‐face (16–12). Les victoires de cette année du Serbe ont montré qu’il pouvait même battre Nadal sur sa surface, la terre‐battue. L’avantage statis­tique et psycho­lo­gique est donc pour le Serbe, qui n’a cédé cette année que trois sets au désor­mais n°2 mondial.

« Je dispute la meilleure saison de ma carrière, mon niveau de confiance est très élevé. J’apprends, je gagne en matu­rité en tant que joueur et en tant que personne » confiait Djokovic en confé­rence de presse. Oui, une saison incroyable sur tous les plans avec 63 victoires pour deux défaites, neuf titres remportés (Open d’Australie, Dubaï, Indian Wells, Miami, Belgrade, Madrid, Rome, Wimbledon, Open du Canada) sur onze tour­nois disputés. Le Serbe a même failli égaler le record de John McEnroe de 42 victoires consé­cu­tives. Dans son incroyable ascen­sion vers la place de n°1 mondial, Djokovic s’est imposé face à Roger Federer à quatre reprises, Tomas Berdych, David Ferrer, Gaël Monfils, Mardy Fish ou encore Andy Murray. En fait, le seul à avoir su contrôler le Serbe est l’ancien n°1 mondial Roger Federer à Roland‐Garros en quatre sets 7–6 (5), 6–3, 3–6, 7–6 (5) et dans un match complè­te­ment fou. La saison de l’Espagnol est quant à elle auréolée de trois titres (Monte Carlo, Barcelone, Roland Garros) et 59 victoires pour dix défaites. Mais si Federer n’avait pas battu le Serbe à Roland‐Garros, cela aurait pu être diffé­rent, et qui sait, peut‐être que Novak Djokovic se battrait ce soir pour réaliser le Grand Chelem et non le petit. 

Jusqu’à aujourd’hui, les deux joueurs se sont montrés très en forme à l’US Open. Rafael Nadal est constam­ment monté en puis­sance, ne concé­dant qu’un set à Andy Murray en demi‐finale (6–4, 6–2, 3–6, 6–2). Il a démontré qu’il tenait à défendre son titre à Flushing Meadows. Il aurait même pu le défendre face à Roger Federer qui, opposé à Djokovic en demi‐finale, a obtenu deux balles de match. Mais le sort, enfin plutôt le « Djoker », en a décidé autre­ment, pour fina­le­ment l’emporter au meilleur des cinq manches (6–7, 4–6, 6–3, 6–2, 7–5). L’année dernière, Nadal s’était appuyé notam­ment sur un premier service destruc­teur pour s’imposer. Cette année, pour faire déjouer le Serbe, il devra pouvoir compter sur son service, se montrer agressif tout au long du match et tenir compte aussi de ses défaites. Mais cela sera‐t‐il suffi­sant ? Car Djokovic voudra enfoncer le clou face à l’Espagnol, pour une sixième victoire consé­cu­tive et le troi­sième Grand Chelem de sa saison. Si les deux joueurs vont se livrer une bataille tactique et tech­nique intense, le mental sera aussi très impor­tant comme l’affirmait Toni Nadal au micro d’Eurosport : « Rafa devra faire d’avantage un effort mental que physique. Il faudra qu’il soit près à se battre et à affronter l’adversité s’il veut que cela change. » 

Ce soir, les deux joueurs vont donc se livrer une bataille intense pour s’im­poser car rappelons‐le, si l’Espagnol gagne, il égalera le nombre de Grand Chelem cette année de Djokovic et donc, sera plus sûr de lui à l’avenir face à cet adver­saire. En revanche, si le n°1 mondial l’emporte, Nadal pour­rait mettre du temps à se remettre de sa sixième défaite consé­cu­tive, la deuxième en Grand Chelem face à Novak Djokovic.

Regardez l’US Open en direct sur Eurosport Player. Cliquez‐ici !

Article précédentLe conseil de Wilander à Nadal
Article suivantBrémont out