AccueilUS OpenEvans sur Draper : "Vous avez vraiment dépassé les bornes si vous...

Evans sur Draper : « Vous avez vrai­ment dépassé les bornes si vous pensez qu’on ne peut pas le laisser de côté. Il a joué environ quatre tour­nois sur le circuit »

-

Demi‐finaliste du Masters 1000 de Montréal il y a deux semaines, Daniel Evans confirme ses bonnes sensa­tions en Amérique du Nord après s’être qualifié ce jeudi pour le troi­sième tour de l’US Open.

De passage en confé­rence de presse suite à son succès face à l’Australien Duckworth, le Britannique a été parti­cu­liè­re­ment marqué par la ques­tion d’un jour­na­liste qui lui deman­dait si son jeune compa­triote, Jack Draper, tombeur d’Auger‐Aliassime et lui aussi qualifié pour les 16e de finale, était déjà indis­pen­sable à l’équipe anglaise de Coupe Davis. 

« Jack ? Je veux dire, vous avez vrai­ment dépassé les bornes si vous pensez qu’on ne peut pas le laisser de côté. Allez, il a joué environ quatre tour­nois sur le circuit. Oui, il joue bien, bien sûr, mais ce n’est pas… vous savez, la Coupe Davis est un animal tota­le­ment diffé­rent. Je suis sûr que Jack sera un grand joueur de Coupe Davis. Je ne dis pas qu’il ne devrait pas y aller, je ne dis pas qu’il devrait y aller, mais je ne pense pas que ce soit un cas où il ne peut pas être laissé de côté. Qui allez‐vous laisser de côté ? Tu me laisses de côté ? Vous laissez Andy sur la touche ? Il faudrait être coura­geux pour laisser Andy Murray sur la touche à Glasgow. Je veux dire, je pense que tout le monde est en bonne forme. Si on me laisse sur la touche, je me sentirai lésé. Vous savez, c’est une ques­tion diffi­cile, n’est‐ce pas ? Qui allez‐vous laisser de côté ? Encore une fois, ce n’est pas moi qui décide. C’est une déci­sion diffi­cile. J’ai été nommé dans la première équipe, donc c’est une bonne nouvelle, je suppose. On ne peut en changer que trois. Donc, je veux dire, j’es­père que je suis en sécu­rité. Qui sait ? »