AccueilUS OpenGicquel "content" de son match

Gicquel « content » de son match

-

Qualifié pour le deuxième tour de l’US Open où il rencon­trera Andy Roddick, Marc Gicquel a sorti Dmitry Tursunov au premier tour 6–2, 5–7, 6–3, 6–3. Il évoque son début de tournoi et surtout son prochain adver­saire, deuxième grand nom qu’il croise à New York, après Roger Federer en huitièmes de finale en 2006.

Le match contre Tursunov
Jouer Tursunov n’est jamais facile. Il sert et retourne bien, il frappe bien des deux côtés. Il a fallu faire un match solide. Ce n’était pas chose facile. La victoire au bout reste la chose principale.

Ça pouvait basculer dans les deux sens. Je mène un set et 3–1 dans le deuxième set que je perds. Je prends un coup derrière la tête en le perdant. J’arrive à bien me remettre dedans. Je gagne le troi­sième. On part dans une quatrième manche où j’ai des occa­sions pour breaker, dans le faire. Il y a eu des échanges de break. Il a eu des oppor­tu­nités pour revenir quand je servais pour le match. Il aurait y avoir quelques retour­ne­ments de situa­tion. Je suis content de m’en être sorti en quatre sets.

Prochain adver­saire : Roddick

Il a envie de très bien faire ici. Vu son parcours à Wimbledon, tout le monde l’attend. Ça va être un grand match pour moi. Je vais essayer de tout donner, de lui mettre des bâtons dans les roues. Je verrai comment le jouer. Je devrai faire un grand match pour faire un coup.

Quid de la finale de Wimbledon
J’ai vu la fin. Les derniers jeux. J’étais malheu­reux pour lui. C’est dur d’encaisser une défaite pareille. Après, le match qu’il a fait, c’est quand même très beau. J’étais content que Federer batte le record de Sampras. Quand on se met du côté de Roddick, ça fait partie du tennis. J’espère qu’il vivra d’autres moments pareils, en gagnant.

L’ambiance de l’US Open

Ils aiment le show, les points spec­ta­cu­laires, un peu de cinéma. C’est l’ambiance améri­caine. On le sait, c’est la parti­cu­la­rité de l’US Open. Même si je peux me prendre la tête par rapport à certaines choses, j’aime assez cela. C’est un choix assez sympa. Je ferai des grands écarts, ils aiment ça.

Article précédentAmélie vers l’avant
Article suivantLe programme du jour